Les salines de Tourmont et Montmorot au comté de Bourgogne sous Marguerite d'Autriche

par Cédric Mottier

Projet de thèse en Histoire

Sous la direction de Paul Delsalle.

Thèses en préparation à Bourgogne Franche-Comté , dans le cadre de SEPT - Sociétés, Espaces, Pratiques, Temps , en partenariat avec Chrono-Environnement (laboratoire) depuis le 01-09-2017 .


  • Résumé

    Cette thèse a pour objet les deux salines que Marguerite d'Autriche, comtesse de Bourgogne de-puis 1509, fit construire à Tourmont, dès 1510, et Montmorot, dès 1514 ; la même année, elle autorisa l'exploitation des sources salées de la châtellenie de Poligny autres que celle de Tourmont. Ce faisant, elle revenait sur la politique de ses prédécesseurs qui, depuis le milieu du XIVe siècle, par la fermeture de salines et la non-exploitation de nouvelles sources salées, avaient progressivement concentré la production du sel comtois à Salins. Jusqu'alors, la connaissance de ces deux salines se résumait à la mention de leur existence, la vente de leur sel en Pays de Vaud (Suisse), une aire commerciale réservée de la grande saline de Salins, suivie rapidement, nous dit-on, de leur fermeture, un ou deux ans plus tard, peu après 1515, sous la pression de Salins. Or, la découverte d'une somme de documents d'archives inédits, émanant des institutions parties prenantes de ces faits ou concernant leurs protagonistes, permet une lecture totalement renouvelée et approfondie de cet épisode de l'histoire du sel comtois et de la Comté à la charnière du Moyen Age et de la Renaissance. Ainsi, après l'étude des raisons de la décision prise par Marguerite d'Autriche, sitôt comtesse de Bourgogne, la thèse explore les modalités organisationnelles, techniques et financières de la construction puis du fonctionnement des deux salines. Pour les quatre dernières années d'activité de Tourmont, nous connaissons les bâtiments et l'outil de production ; l'aire de recrutement, les noms, fonctions et salaires des employés ; la courbe de production ; les quantités de bois achetées et le système d'approvisionnement ; et plus généralement, l'ensemble des dépenses et des montants des ventes, permettant de dresser un bilan industriel (rendement, productivité) et économique (rentabilité). Sur Montmorot, moins aboutie que Tourmont, nous sommes moins renseignés, hormis quelques documents relatifs à son administration, son aire d'approvisionnement en bois et une réglementation vis-à-vis d'autres usagers des bois ; redécouvert et décrit au XVIIIe siècle, son puits avait été construit « avec beaucoup d'art et en belles pierres de taille ». Ces divers aspects seront traités aussi dans une perspective comparative avec la somme des connaissances élaborées pour Salins et les autres petites salines ayant déjà fait l'objet d'études publiées (Saulnot, Grozon), voire la saunerie de Soulce, relativement bien documentée pour le début du XVIe siècle. De même, cette thèse souhaite établir un dialogue avec l'archéologie, en confrontant, pour les deux salines, l'apport des sources écrites aux observations de terrain. Enfin, l'établissement d'une chronologie fine de l'histoire des deux salines, du rôle joué par Salins, de la conduite du projet, puis de la gestion des deux nouveaux sites de production, permettra de mieux comprendre pourquoi les deux salines voulues par Marguerite d'Autriche furent abandonnées au cours de la décennie 1520. En considérant les compétences et l'évolution de l'attitude et des intérêts des protagonistes de cette aventure humaine, à titre personnel ou in corpore, on s'intéressera en particulier aux aspects décisionnels : qui, en Comté ou à Malines/Mechelen, informe et conseille Marguerite d'Autriche sur le fait des deux salines, participe aux prises de décisions ou tente de les influencer ? Comment sont-elles ensuite relayées et appliquées sur le terrain ? Qui assure le suivi ? Au final, l'étude de ces faits éclairera donc aussi un aspect du gouvernement de Marguerite d'Autriche en son comté de Bourgogne (1509-1530), exercé depuis Malines/Mechelen, et dont l'étude, à ce jour, a été esquissée sans avoir suscité le même engouement euristique que ceux de ses prédécesseurs, les ducs-comtes Valois, puis de ses successeurs Habsbourg jusqu'à l'annexion de la Comté par Louis XIV (1674).

  • Titre traduit

    The saltworks of Tourmont and Montmorot in the county of Burgundy at the time of Margaret of Austria


  • Résumé

    This thesis has as its object the two salt-works which Margaret of Austria, as a new countess of Burgundy from 1509, had built at Tourmont, from 1510, and Montmorot, from 1514; in the same year she authorized the exploitation of the salty springs of the castellany of Poligny other than that of Tourmont. In doing so, she returned to the policy of her predecessors, who, since the middle of the 14th century, by the closure of salt-works and the non-exploitation of new salty springs, had gradually concentrated in Salins the production of salt from their county of Bur-gundy. Until then, the knowledge of these two salt-works was limited to the mention of their existence, the sale of their salt in the Pays de Vaud (Switzerland), a reserved commercial area of the great salt-work of Salins, followed quickly, we are told , by their closure, one or two years later, shortly after 1515, under the pressure of Salins. However, the discovery of a quantity of unpublished archival documents which were emanated from the institutions involved in these events or concerning their protagonists allows a completely new and thorough reading of this episode in the history of the salt and the one of the county of Burgundy to the hinge of the Middle Ages and the Renaissance. Thus, after studying the reasons for the decision taken by Margaret of Austria, shortly after becoming countess of Burgundy, the thesis explores the organizational, technical and financial modalities of the construction and then the functioning of the two salt-works. For the last four years of activity of Tourmont, we know the buildings and the production tool; the area of recruitment, the names, functions and salaries of the employees; the production curve; the quantity of wood purchased and the supply system; and more generally, all expenditure and sale amounts, making it possible to draw up an industrial (yield, productivity) and economic (profitability) balance sheet. Regarding Montmorot, which was less completed than Tourmont, we are less informed, except for a few documents relating to its administration, its wood supply area and a regulation about practices of other wood users; rediscovered and described in the 18th century, its well was built "with a lot of art and beautiful stones". These various aspects will also be treated in a comparative perspective with the sum of the knowledge developed for Salins and the other small salt-works which have already been the sub-ject of published studies (Saulnot, Grozon), and even the Soulce saunerie, which is relatively well documented for the early 16th century. In the same way, this thesis wishes to establish a dialogue with archeology, confronting, for the two salt-works, the contribution of written sources to field observations. Finally, the establishment of an accurate chronology of the history of the two salt-works, of the role played by Salins, the way the project was led, then the management of the two new production sites, will enable us to better understand the reasons why the two salt-works desired by Margaret of Austria were abandoned in the decade 1520. Considering the skills and the evolution of the attitude and interests of the protagonists of this human adventure, either individually or as members of institutions, decision-making will be particulary analysed : who in county of Burgundy or in Malines / Mechelen informs and advises Margaret of Austria on the fact of the two salt-works, takes part in decision-making or attempts to influence them ? How the decisions are relayed and applied in the field? Who is controlling ? And thus, the study of these facts will also enlighten an aspect of the government of Margaret of Austria in her county of Burgundy (1509-1530), exercised since Malines / Mechelen, and whose study to date has been sketched without having aroused the same euristical enthusiasm than for the ones of her predecessors, the dukes-counts of Valois, or of her successors Habsburg until the annexation of the county of Burgundy by Louis XIV (1674).