Biotests innovants pour l'évaluation de la toxicité de nanoparticules

par Annette Luce

Projet de thèse en Chimie - Physique

Sous la direction de Nadine Millot et de Marie-Christine Chagnon.

Thèses en préparation à Bourgogne Franche-Comté , dans le cadre de Carnot Pasteur , en partenariat avec Laboratoire Interdisciplinaire Carnot de Bourgogne (laboratoire) depuis le 01-10-2016 .


  • Résumé

    L'objectif de cette thèse est de mettre en place et d'éprouver des biotests originaux, robustes et adaptés aux nanoparticules pour évaluer leur cytotoxicité, génotoxicité, mutagénicité, leur potentiel cancérogène et de perturbation endocrinienne ainsi que le stress oxydant qu'elles pourraient engendrer. Ces tests représentent un atout pour notre Région car peu ou non développés dans le monde. Le déploiement du modèle zebrafish (modèle in vivo) pour l'étude de la toxicité aiguë des nanoparticules sera également mené. Tous les résultats de ces études seront discutés et expliqués grâce à la caractérisation fines des nanoparticules étudiées (taille, forme, état d'agglomération, charge de surface, structure, chimie de surface etc.) et par une analyse complémentaire de leur internalisation cellulaire. Par ailleurs, l'analyse de la corona-protéique à la surface des nanoparticules sera également menée. Les protéines adsorbées à la surface des nanoparticules sont en effet depuis peu reconnues comme responsables de leur éventuelle toxicité, ce point faisant encore débat sera ainsi discuté.

  • Titre traduit

    Innovative bioassays to evaluate the toxicity of nanoparticles


  • Résumé

    The objective of this thesis is to set up and test novel, robust and nanoparticle-adapted biotests to evaluate their cytotoxicity, genotoxicity, mutagenicity, carcinogenic potential and endocrine disruption, as well as the oxidative stress they may cause. These tests represent an asset for our Region because little or not developed in the world. Deployment of the zebrafish model (in vivo model) to study the acute toxicity of nanoparticles will also be conducted. All the results of these studies will be discussed and explained thanks to the fine characterization of the nanoparticles studied (size, shape, state of agglomeration, surface charge, structure, surface chemistry...) and by a complementary analysis of their cellular internalisation. Moreover, the analysis of the corona-protein on the surface of the nanoparticles will also be conducted. The proteins adsorbed on the surface of the nanoparticles have indeed recently been recognized as responsible for their possible toxicity, this point still being debated will thus be discussed.