Céphalées primaires et variables individuelles : attachement, mentalisation et économie psychosomatique

par Margaux Bouteloup

Projet de thèse en Psychologie

Sous la direction de André Mariage et de Rose-Angélique Belot.

Thèses en préparation à Bourgogne Franche-Comté , dans le cadre de SEPT - Sociétés, Espaces, Pratiques, Temps , en partenariat avec Laboratoire de Psychologie (laboratoire) depuis le 01-09-2016 .


  • Résumé

    L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) classe les céphalées parmi les vingt premières causes d'invalidité dans le monde. Les céphalées primaires (sans cause organique connue) représentent 90% de ces affections. L'INSERM évalue que 15% de la population générale est concernée et l'OMS estime que 1,7 à 4% de la population adulte mondiale est affectée par une céphalée durant au moins 15 jours par mois ! Les céphalées, de par leur caractère invalidant, pour les patients (douleur, souffrance, fatigue, indisponibilité…) mais également pour la société (coût socio-économique du fait des arrêts de travail et des coûts médicamenteux), représentent donc un problème de santé publique. En ce sens, la Haute Autorité de Santé a publié en 2002 ses recommandations pour le diagnostic et la prise en charge des patients migraineux, qui ont fait l'objet d'une réactualisation en 2013 par la Société Française d'Etudes sur la Migraine et la Céphalées. Ces dernières sont axées sur la prise en charge médicamenteuse qui pourrait être proposée par les médecins et pharmaciens. Pourtant, les professionnels au contact quotidien des sujets savent que la dimension psychique joue un rôle important dans l'étiologie des céphalées. C'est dans ce contexte qu'est née cette recherche pluridisciplinaire soutenue par le Pr Vuillier, PU-PH responsable de la consultation spécialisée « Migraine », du service de Neurologie 2 au CHRU Minjoz. Etat de la question La revue de la littérature montre le vif intérêt et la nécessité de ce type de recherche s'agissant des principaux facteurs psychologiques impliqués dans les céphalées primaires. Le flou actuel, le manque de connaissances vis-à-vis des aspects psychologiques associés et le manque d'études sur la population française doit être comblé. Les résultats de cette recherche devront nous permettre de cibler des revues à fort impact factor et nous conduiront à énoncer des éléments très importants à prendre en compte dans la prise en charge globale du patient. Enfin, aucune étude n'a proposé, à notre connaissance, une investigation poussée à partir du Rorschach des caractéristiques psychologiques de ces patients et des mécanismes psychiques sous-jacents au symptôme. Pourtant, bon nombre d'autres troubles somatiques (diabète, maladie de Crohn, cancer, fibromyalgie…) ont fait l'objet de recherches avec cet outil projectif. Par ailleurs, quelques travaux prometteurs mais généralistes autour des modalités d'attachement chez les patients douloureux chroniques et chez les patients migraineux mettent notamment en avant une corrélation entre qualité de vie, attachement et alexithymie, et entre qualité de l'attachement et perception/expression de la douleur. Le type d'attachement est également un indicateur précieux pour appréhender la relation médecin/patient et l'adhésion du sujet à la prise en charge. La présente recherche s'inscrit également dans la nécessité d'approfondir les connaissances sur des variables telles que les modalités de relation du sujet à lui-même et à autrui, la qualité de ses assises identitaires et narcissiques, la représentation de son environnement, la reconnaissance de ses émotions, la qualité de la mentalisation. Ces variables sont accessibles grâce à la méthodologie projective Rorschach. Méthode Cette étude longitudinale a 2 objectifs : 1. définir les profils psychologiques et les prototypes d'attachement majoritairement présents chez des patients céphalalgiques primaires consultant pour la première fois en neurologie. 2. évaluer l'évolution psychique du sujet et l'évolution des symptômes 6 mois après la prise en charge médicale et l'investigation psychologique liée à la recherche. 30 sujets de 25 à 60 ans, sans affection psychiatrique diagnostiquée, seront rencontrés

  • Titre traduit

    Primary headaches and individual variables : attachment, mentalization and psychosomatic functioning


  • Résumé

    Around fifteen per cent of the general population suffers from headaches. A lot of medical and psychological researchs have raised the links between headaches and genetic, depression, anxiety, perceived stress and insecure attachment. The headache group has statistically significant higher percentage of subjects with an insecure attachment compared to the general population. Otherwise, literature shows links between insecure attachment and mentalization. Based on these concepts, we propose an original approach of headache.