Les enjeux de la biométrie dans les services aux populations en Afrique

par Boubacar Diagana

Projet de thèse en Sciences politiques

Sous la direction de Jérôme Valluy.

Thèses en préparation à Paris 1 , dans le cadre de Ecole doctorale de science politique , en partenariat avec Centre Européen de Sociologie et de Science Politique (CESSP) (equipe de recherche) depuis le 17-10-2017 .


  • Résumé

    L'enregistrement d'une population est la pierre angulaire des programmes de gestion d'identité. Dans le monde d'aujourd'hui, collecter des données de qualité, créer des identités de confiance et les gérer dans un système fiable sont les trois piliers essentiels pour tous les gouvernements souhaitant enregistrer leur population. Pour réaliser un tel projet, l'utilisation de la multi biométrie est essentielle. Elle donne l'assurance d'un registre fiable et sécurisé, garantissant à chacun son unicité et fournissant aux autorités les moyens de vérifier une identité. Et parce qu'un registre d'état civil valide est nécessaire à l'organisation d'élections démocratiques, à la production de documents d'identité à toute épreuve ou à la gestion d'une politique sociale, les gouvernements, notamment en Afrique adoptent de plus en plus souvent la technologie biométrique dans le domaine de la gestion des identités.S’intéresser à la question de la collecte des données sur les populations en Afrique n’est pas une question nouvelle, le nouveau paramètre qui peut être évoqué ici, c’est l’utilisation de la technologie biométrique comme un moyen de contrôle social, c’est-à-dire un « outil » aux mains des pouvoirs publics mais surtout des usages sociaux politiquement orientés de cet « outil ».


  • Pas de résumé disponible.