Les élites politiques syriennes (1946-1963) : discours et pratiques

par Khouloud Al Zghayare

Projet de thèse en Sociologie

Sous la direction de Burhān Ġalyūn.

Thèses en préparation à Sorbonne Paris Cité , dans le cadre de École doctorale Langage et langues (Paris) , en partenariat avec Université de la Sorbonne Nouvelle (Paris) (établissement de préparation) depuis le 14-10-2009 .


  • Résumé

    Les élites politiques syriennes (1946-1963) : Discours et pratiques. Cette recherche porte sur l’analyse du discours des élites politiques syriennes qui ont dominé la scène politique pendant la période 1946 – 1963, c'est-à-dire de l’indépendance jusqu’à l’arrivée au pouvoir du comité militaire du Ba`ath. Pour comprendre comment le discours s’est construit et comment il a été mis en pratique sur le terrain, nous avons classé les élites en trois catégories : libérale, militaire et émergentes (nationaliste, islamiste et communiste). Ces élites sont traitées aux niveaux politique et historique, mais aussi social, à partir de leur discours : sa formation, sa constitution et sa mise en œuvre. Nous nous sommes donc appuyés sur les documents produits par et sur les leaders : mémoires, discours, articles de presse, déclarations, statuts des partis… L'approche analytique comparative que nous avons choisie, basée sur les théories de Foucault, Bourdieu et Keller, nous a aidés à faire le lien entre le texte des discours et les contextes politiques, économiques, culturels et sociaux où ils étaient produits. Notre approche méthodologique nous a permis d'étudier l'histoire et les mécanismes de la formation des élites, les « acteurs sociaux », d'analyser les discours et de les comparer au niveau des concepts, des slogans et des pratiques. Nous avons observé que si le discours des élites politiques syriennes se voulait attaché à la modernité (société et État), leurs pratiques politiques demeuraient fortement influencées par leurs formations socio-culturelles, locales, idéologiques et par les conditions de la lutte pour le pouvoir à l’intérieur et à l’extérieur de la Syrie. Ce discours fut « élitiste », notamment en ce qu’il incarnait les intérêts de la bourgeoisie et utilisé pour dissimuler la différence entre la théorie et la pratique. L’étude de cette période de l'histoire de la Syrie éclaire l’évolution de la situation du pays après ‎le ‎Printemps arabe de 2011. Elle aide ainsi à comprendre la réalité actuelle et contribue à répondre à certaines questions d’aujourd'hui à propos du conflit en cours en Syrie.

  • Titre traduit

    Syrian elites (1946-1963) : discourse and practices


  • Résumé

    This research focuses on the discourse of the Syrian political elite that dominated the political scene from 1946 to 1963, in other words, from Independence until the Ba`ath military committee came to power. To understand how this discourse has been built and how it has been put into practice, elites have been divided into three categories: Liberal, military and emergent (nationalist, islamist, and communist). These elites are viewed from a political and a historical perspective, as well as a social one based on their discourse: its creation, its constitution and its application. We therefore relied on documents produced by and about leaders, their memoirs, speeches, press articles, statements and parties’ legal statuses. This research utilizes comparative analytical approach. Based on the theories of Foucault, Bourdieu and Keller, which establishes a link between the text of the discourse and the political, economic and cultural contexts in which it has been produced. Moreover, the methodological approach allows one to study the history and the formation of the elites, the “social actors,” as well as, perform an analysis of discourses based on their different concepts, slogans and practices. This research showed that if the Syrian political elite’s discourse appears to be committed to modernity (society and State), their political practices remain strongly influenced by their socio-cultural, local and ideological constitution. It is also influenced by the requirements of the power struggle inside and outside of Syria. This discourse is “elitist” especially because it represents the interests of the upper class/bourgeoisie and further, it is used to conceal the difference between theory and practice. Studying this period of Syrian history creates an understanding of Syria’s evolution after the Arab Spring. It therefore helps in grasping the current situation and answering questions about the Syrian conflict.