La fin de l'histoire et sa base philosophique

par Rami Alkhalifa alali

Projet de thèse en Philosophie (métaphysique, épistémologie, esthétique)

Sous la direction de Stéphane Haber.

Thèses en préparation à Paris 10 depuis le 28-01-2009 .


  • Résumé

    La fin de l'histoire n'a pas seulement des liens avec le mythe et l'idéologie, elle est aussi le produit d'une structure donnée qui lui sert de cadre d'émergence et qui lui permet, par la même occasion, de remplir certaines fonctions. les explications herméneutiques ne manquent ni de valeur ni de mérite, mais leur limite tient au fait qu'elles permettent au moyen d'une analyse comparative, tout au plus, de mettre en exergue sa spécificité par rapport aux autres théories de la fin de l'histoire en particulier celles de hegel et de marx. nous allons chercher à comprendre d'une part comment elle a été produite, d'autre part comment elle a été mise à rude épreuve par la réalité ou plus exactement quelles relations elle entretient avec la réalité. de fait, sa question centrale est devenue celle de savoir si l'on peut parler de fin de l'histoire. la fin de l'histoire est fondée sur la croyance en une histoire universelle, elle ne laisse à l'homme la possibilité d'aucune décision en ce qui concerne la véracité du réel. si les sources, les facteurs et les théories qui ont présidé à la construction de la théorie de la fin de l'histoire de fukuyama sont identifiés, il est important que l'on s'interroge sur les mécanismes de production de cette dernière. puis, il faudra la confronter à la réalité. la réponse à ces deux problèmes nous permettra non seulement de bien appréhender le sens de la théorie de la fin de l'histoire, mais aussi de mesurer sa capacité de résistance à la réalité.


  • Pas de résumé disponible.