Les répercussions de la guerre civile sur l'activité culturelle, la destinée de trois figures théâtrales libanaises

par Rawan Kachmar

Projet de thèse en Littératures et civilisations

Sous la direction de Sobhi Boustani.

Thèses en préparation à Paris, INALCO , dans le cadre de École doctorale Langues, littératures et sociétés du monde (Paris) depuis le 01-10-2017 .


  • Résumé

    Ce projet a pour but d’étudier l’impact qu’une guerre civile et qu’une division populaire peuvent avoir sur l’activité culturelle au sein du pays concerné. Cette étude se base sur trois théâtres populaires libanais : Le théâtre national libanais (1965-1975), le théâtre de Ziad Rahbany (1973-1994) et le théâtre du hakawati (1977- 1994). Quelles places occupent l’art et la culture, et plus particulièrement le théâtre, dans un pays victime d’une guerre civile? Qu’advient de la notion de « grand public » dans un pays dont le peuple est profondément divisé ? Le passé récent du Liban a été marqué par la guerre civile. Cette dernière l’avait ravagé pendant quinze ans (1975-1990). Bien que ce conflit ait cessé, la division régionale, aujourd’hui virtuelle, s’installe dans la vie sociale et occupe la pensée d’une large partie de la population libanaise. Face à ce réel, nous nous questionnons sur le rôle et la situation de l’art et de la culture. Les pratiques culturelles aujourd’hui semblent ne pas avoir échappé à cette réalité. L’absence de subventions Étatiques et d’un grand public à même de faire vivre les activités de guichets menacent la production continue dans ces domaines. Dans notre recherche, nous souhaitons étudier l’évolution de l’activité culturelle au Liban en fonction de l’évolution de la situation géopolitique du pays entre 1960, où la capitale Beyrouth était considérée comme foyer de l’art et de la culture, et l’époque contemporaine, où la culture confronte de nombreux obstacles. Dans ce cadre, nous allons nous baser sur trois théâtres populaires libanais, le théâtre de Chouchou, de Ziad Rahbani et du Hakawati. Ces théâtres actifs lors des différentes périodes du conflit, nous permettront d’identifier les influences directes et indirectes des conditions de la guerre sur le rétrécissement du grand public, élément majeur de la vie des productions culturelles.


  • Pas de résumé disponible.