Non-lecture, non-lecteurs

par Maïté Eugene

Projet de thèse en LITTERATURES FRANCAISES, COMPAREES spécialité Littérature française

Sous la direction de Brigitte Louichon.

Thèses en préparation à Montpellier 3 , dans le cadre de Langues, Littératures, Cultures, Civilisations , en partenariat avec LIRDEF - Laboratoire Interdisciplinaire de Recherche en Didactique, Education et Formation (laboratoire) et de Études et Recherches sur l' Enseignement des Sciences (equipe de recherche) depuis le 01-09-2017 .


  • Résumé

    Cette thèse s'intéresse au phénomène de la non-lecture scolaire et en particulier aux lycéens non-lecteurs, c'est-à-dire aux lycéens qui se dérobent à l'obligation scolaire de lire les oeuvres sur lesquelles ils travaillent en cours de français. En s'appuyant sur les travaux d'historiens de la lecture, de sociologues et de didacticiens, ce travail montrera que le phénomène n'est pas nouveau mais qu'il est sans doute encore peu documenté, alors même que les enseignants de lettres y sont largement confrontés. Les lycéens non-lecteurs scolaires ne restent cependant ni inactifs ni improductifs que ce soit en amont ou durant les séances de cours consacrées à l'œuvre intégrale qu'ils n'ont pas lue. Ainsi, en prenant appui sur la définition de la non-lecture comme activité telle qu'elle a été construite par P. Bayard dans son ouvrage Comment parler des livres que l'on n'a pas lus, l'ambition de cette thèse est d'analyser l'activité de lycéens non-lecteurs. Par des observations en classe, je chercherai à évaluer le poids de la non-lecture littéraire dans l'enseignement scolaire et ses enjeux didactiques : - du côté des élèves : est-il possible de construire une typologie des non-lecteurs ? La non-lecture des œuvres prescrites en classe empêche-t-elle la construction des savoirs et des compétences évalués à l'école ? Quelles stratégies les élèves non-lecteurs mettent-ils en place pour répondre aux exigences scolaires ? - du côté des enseignants : ceux-ci repèrent-ils les élèves non-lecteurs ? Par quels moyens et pour quelles fins ? Intègrent-ils la non-lecture des œuvres à leur enseignement ? Comment ? Trouvent-ils des moyens de l'endiguer ?

  • Titre traduit

    non reading, non readers


  • Résumé

    This research work looks at the absence of reading and the non-readers in school, means pupils who don't read books studied in class. Drawing on sociological, historical, literary and didactic studies, this work will show that students'non-reading at school isn't new, but it is poorly known. But students don't stay inactive in school when a book, unread for those who interess this work, has to be studied. If non-reading is really an acitivity, as P. Bayard defined it in his book How to talk about books you haven't read, this project want to analyse non-readers' activity in school. Through observing pupils (learners) we will attempt to determine the impact that the absence of literary reading (the reading of literature) has on teaching and the issues it raises from a didactic point of view. From the students' perspective : Is it possible to establish a typology of non-readers ? Does the fact that assigned readings are not read hamper/hinder the acquisition of knowledge and skills that are assessed in class ? What strategies do non-readers develop to meet academic requirements? From the teachers' perspective : Do they spot the non-readers ? (How? To what end?) Do they take into account in their teaching (in the courses they teach) the fact that assigned readings (remain unread) are not read ? How? Have they found ways of limiting the absence of reading?