Le pli : Deleuze entre Leibniz et le Baroque

par Claudio D'aurizio

Thèse de doctorat en Langues et littératures (sections CNU 8 à 15)

Sous la direction de Saverio Ansaldi et de Fabrizio Palombi.

Thèses en préparation à Reims en cotutelle avec l'Université de la Calabre , dans le cadre de Ecole doctorale Sciences de l'homme et de la société (Reims, Marne) , en partenariat avec (CIRLEP) Centre Interdisciplinaire de Recherches sur les Langues Et la Pensée (laboratoire) .


  • Résumé

    Cette étude de la pensée de Gilles Deleuze (1925-1975) trouve son origine dans la confrontation avec un texte et un concept qui nous semblent des objets féconds de réflexion. Le pli. Leibniz et le baroque (1988) est la dernière des grandes monographies que Deleuze consacre aux « intercesseurs » de sa pensée. Elle constitue une relecture compliquée et labyrinthique à la fois de l'œuvre de Gottfried Wilhelm von Leibniz (1646-1716) et de la période baroque. Plus qu'une interprétation, elle est le théâtre où apparaît un nouveau concept destiné à jeter, comme dans un après-coup, une lumière inédite sur l'œuvre entière de Deleuze : le pli. Ce dernier, loin de représenter un escamotage interprétatif, traverse sa pensée dans toute sa durée, tout en émergeant seulement vers la fin des années 80, dans la phase finale de son itinéraire intellectuel, comme le fait une vague parcourant sous le niveau de l'eau tout l'océan pour s'élever juste en proximité du littoral. Le pli paraît dans Différence et répétition (1968) et réapparaît dans Foucault (1986) ; mais il est réellement thématisé et développé avec référence à Leibniz, le penseur qui a plus que quiconque déçu et exalté Deleuze. Notre but est de démontrer comment le pli est ce concept en mesure d'exprimer le projet philosophique deleuzien dans son intégralité. En d'autres termes, le pli est le concept de Deleuze. Dans sa formulation nous pouvons retrouver tous les problèmes majeurs de sa pensée : la relation entre différence et répétition, le statut du sujet et de l'objet, la construction du plan d'immanence, la définition de l'art, de la science et de la philosophie et leur interaction.

  • Titre traduit

    The fold: Deleuze between Leibniz and the Baroque


  • Résumé

    The subject of my thesis is the concept of “fold” in the work of Gilles Deleuze, as it emerges in the late 80's. My purpose is to show that the concept of fold can summarise the entirety of Deleuze's philosophical project. As a matter of fact, its formulation allows to address all of the most important questions of his thought, and to adopt a different approach on the discussion and the solution of some philosophical problems, such as the theme of the subject and Deleuze's conception of philosophy as a “creation of concepts”. By doing that, I try to follow and underline the several implicit references and the hidden theoretical pattern which compose the text of The Fold. Leibniz and the Baroque (1988). My work is composed of five chapters. The first one has an introductive character and consists of a reflexion on Deleuze's philosophical reading method, which we define as “anamorphic”. The second chapter focuses on the presence of Leibniz in Difference and repetition (1968) and on the relevance of his thought in the creation of Deleuzes' philosophical terminology. The third one is titled “A thousand folds”, paraphrasing the name of another work of Deleuze and Guattari. There I try to reconstruct the several theoretical lines that compose the concept of fold; furthermore, I try to underline the philosophical multiplicity of this concept. The fourth chapter focuses on the Baroque, which plays a fundamental role in Deleuze's argumentations. Here I retrace his ideas about infinity and folding during the Baroque era. Then, I try to confront his theory with Walter Benjamin and Jacques Lacan's lectures of Baroque. The last chapter deals with the concept of neobaroque.