Le Trésor et ses mondes (1966-1995). Contribution à une sociologie relationnelle de l'État.

par Sarah Kolopp

Thèse de doctorat en Sciences de la société

Sous la direction de Michel Offerle.

Thèses en préparation à Paris Sciences et Lettres , dans le cadre de EHESS - École des Hautes Etudes en Sciences Sociales , en partenariat avec Centre Maurice Halbwachs (Paris) (laboratoire) et de École normale supérieure (Paris ; 1985-....) (établissement opérateur d'inscription) .


  • Résumé

    Entre histoire du capitalisme, sociologie des élites et sociologie de l'État, cette thèse prend pour objet le rôle de la direction du Trésor – direction phare du ministère des Finances – dans la fabrique de « mondes » à la fois hybrides et intégrés d'institutions, de réseaux et d'acteurs, aux sommets du pouvoir et au croisement entre État et affaires, administration et économie, public et privé. A partir d'une enquête mêlant entretiens biographiques, base prosopographique et fonds d'archives publics et privés, elle explore les mécanismes concrets par lesquels la direction du Trésor produit du flou, du flux et de la hiérarchie au sein de ses mondes, dans une configuration historique précise (milieu des années 1960-milieu des années 1990). La thèse est organisée selon trois niveaux d'analyse des relations entre le Trésor et ses mondes. Au niveau écologique – celui des alliances – elle montre la transformation des coalitions de soutien du Trésor pour peser dans l'État, du Plan à la « place », organisant les modalités du ralliement de la direction aux réformes libérales à partir des années 1960. Au niveau institutionnel, elle analyse les échanges qui forgent la porosité entre le Trésor et ses mondes, et les contraintes institutionnelles qui leur donnent sens et forme, et montre que la direction du Trésor fonctionne alors comme une entreprise de placement. Au niveau individuel, elle analyse la construction des carrières dominantes (de la « grandeur ») au sein des mondes du Trésor, et les liens d'obligation, de cooptation et de parrainage sur lesquelles elles s'appuient. La thèse contribue, ainsi, à documenter les formes d'indifférenciation des activités qui caractérisent les sommets de l'État.

  • Titre traduit

    The Treasury and Its Worlds (1966-1995). Towards a Relational Sociology of the State.


  • Résumé

    Between history of capitalism, sociology of elites and public administration, this PhD thesis explores how the French Treasury Department brings together gravitating financial institutions, networks and actors into integrated and hybrid « worlds », situated at the « heights of power » and between administration and business, public and private interests. Drawing on biographical interviews, prosopographical data and public and private archival collections, it focuses on the concrete mechanisms through which the Treasury both blurs boundaries inside its worlds, and re-create hierarchies between the agents who circulate within them. The thesis analyzes the relationships between the Treasury and its worlds at three distinct levels. At the ecological level—that of the Treasury alliances in policy-making—it highlights the Treasury' changing coalitions of support, from the Great Planning Coalition of the 1950s to the « place financière » of the 1970s, and shows how this transformation helps us account for the Treasury' embrace of financial reforms in the 1970s. At the institutional level, it analyzes how various organizational constraints at the Treasury shape exchanges between the Department and its worlds. Finally, at the individual level, it looks at the construction of dominant careers (« grandeur ») inside the worlds of the Treasury, and at the interpersonal ties and decentralized logics of cooptation, patronage and moral indebtedness they draw on.