Le traitement des erreurs en situation contextualisée. Approches didactique, pédagogique et en formation professionnelle.

par Karine Bongiovanni (François)

Projet de thèse en Lettres et Sciences Humaines - SHS

Sous la direction de Muriel Frisch.

Thèses en préparation à Reims , dans le cadre de Ecole Doctorale Sciences Humaines et Sociales , en partenariat avec (CEREP) - Centre d'Études et de Recherches sur les Emplois et les Professionnalisations (laboratoire) depuis le 30-11-2016 .


  • Résumé

    Les recherches relatives à l'erreur sont récentes, depuis les années 1990, mais à ce jour, aucune n'a porté sur l'erreur en tant qu'objet de formation des enseignants stagiaires. Le paradigme de l'erreur qui n'est plus stigmatisée et qui fait partie du processus d'apprentissage a été développé par l'approche constructiviste. Deux difficultés sont identifiées, celle de conceptualiser l'erreur et la difficulté pour les enseignants stagiaires de traiter les erreurs des élèves, en action, dans la classe. Ce projet de recherche a émergé à partir de ces deux constats développés dans un mémoire rédigé en Master d'Ingénierie de Formation de Formateurs et intitulé Le traitement des erreurs en situation conceptualisée. Approches didactique, pédagogique et professionnelle. Il s'inscrit dans le cadre des recherches du CEREP et dans l'orientation de travail du projet scientifique IDEKI Didactiques et métiers de l'humain. Sa visée est d'aider les enseignants stagiaires à mettre en œuvre un meilleur traitement des erreurs des élèves, dans l'action, et d'aider les élèves à mieux construire leurs apprentissages. Elle implique les stagiaires en tant qu'apprenants. Elle a pour perspectives d'appréhender didactiquement, pédagogiquement et professionnellement dans la pratique des enseignants stagiaires le traitement des erreurs des élèves en situation contextualisée et de développer, en formation initiale, la professionnalisation (Wittorski, 2008) des enseignants stagiaires en articulant du sens entre information, construction de savoir et re-construction de connaissance et en envisageant « les concepts comme une aide à la construction de compétences » (Frisch, 2015). Cet enjeu est étudié sous la forme d'un triptyque problématique qui s'articule autour du traitement des erreurs des élèves par les stagiaires en situation contextualisée. En s'engageant dans la formation initiale, les stagiaires possèdent des représentations et des connaissances sur l'erreur et le traitement des erreurs. Dans un premier volet, nous étudierons quels savoirs (Mayen, Pastré & Vergnaud, 2006), technologiques et expérientiels (Barbier & Thievenaz, 2014) ils s'approprient et quelles connaissances ils construisent (Astolfi, 2008) au cours de leur formation initiale pour traiter les erreurs des élèves, en action dans la classe. Dans une théorie didactique de l'information (Frisch, 2015), nous étudierons les rapports qui s'établissent entre données, information, savoir et connaissance. Nous proposons d'analyser par quel processus les stagiaires intègrent les données externes pour construire le savoir et re-construire leur connaissance et de proposer une modélisation de ces mécanismes. La nature des données saisies et sélectionnées par les stagiaires, en action, dans la classe, à partir des concepts de pertinence et d'évaluation (Duplessis, 2007) est à identifier, versus quels savoirs et connaissances sont mobilisés par les stagiaires pour sélectionner les informations et prendre leur décision pour traiter les erreurs des élèves, en action, dans la classe. En deuxième volet, nous analyserons comment leur réflexivité devient plus efficace grâce à leur participation à l'analyse des activités, ergonomie, qu'ils mènent en situation contextualisée, et à l'analyse de leurs interactions avec les élèves, énaction (Theureau, 2004), pour traiter les erreurs et quelles compétences sont développées. Quelles formes et quelles caractéristiques revêtent ces intelligences collectives, comment s'organisent-elles dans l'espace de participation et d'échanges qu'est la salle de classe ? Dans un troisième volet, nous montrerons si l'émergence d'attributs et d'invariants opératoires (Vergnaud) pédagogiques, didactiques et professionnels du traitement des erreurs (Astolfi, 1997) des élèves par les stagiaires en situation contextualisée permet une perspective innovante de la conceptualisation de l'erreur. Nous préciserons les caractères des actions, leur organisation, leur ajustement, leur adaptation en situation et action-situation, en lien avec la prise d'informations, en référence avec les différentes phases des tâches et aux conditions de l'activité (Leplat, 2011). Quelles méta-compétences vont développer les enseignants stagiaires pour chercher, observer et percevoir les différents évènements et les différentes informations? Nous identifierons la nature des pratiques informelles qui évoluent vers l'élaboration de nouvelles pratiques, formalisées, décrites et analysées, à travers un processus d'apprentissage que nous essaierons de clarifier. Afin d'analyser cet ensemble complexe de pratiques qui peuvent être inférées de l'observation d'évènements, nous recueillerons les traces des actions et des situations par des enregistrements audio et vidéo, complétés par l'auto-confrontation, des entretiens, des traces écrites de préparation de séances et des questionnaires. Nous identifierons le processus de valorisation de l'information qui est mis en œuvre et les technologies qui sont utilisées. Le protocole de recherche retenu est une approche qualitative auprès de huit stagiaires en deuxième année de formation à l'ESPÉ. La formation initiale est un temps dans le développement professionnel d'enseignants stagiaires. Développer l'apprentissage expérientiel et les compétences à partir de l'analyse de l'activité pour traiter l'erreur en situation contextualisée ne concerne pas que la profession d'enseignant et a pour visée d'aider les enseignants stagiaires à un meilleur traitement des erreurs des élèves en action en s'adaptant, dans ce métier de l'humain, aux évolutions des environnements technologique, sociétal et de la classe.

  • Titre traduit

    Treatment of errors in contextualized situation. Didactic, pedagogic and professional training approaches.


  • Résumé

    Researches related to the error are recent, since the 1990s, but to date, no research has focused on error as a training object for students teachers. The paradigm of error which is no longer stigmatized and which is a part of the learning process was developed by the constructivist approach. Two problems are identified, the one is to conceptualize the error and the other is for students teachers to treat pupils errors, in action, in the classroom. This research project emerged from this two facts, developed in a memory writing in Master of engineering of training of trainers and called The treatment of error in contextualized situation. Didactic, pedagogical and professional approaches. It is a part of researches of the CEREP and in the work orientation of scientific project IDEKI, didactics and human trades. The aim of this research is to help students teachers to implement better treatment of pupils errors, in action, and to help pupils to better build their learning. It involves students pupils as learners. It has prospects of apprehending didactically, pedagogically and professionally, in the practice of students teachers, the treatment of the errors of pupils in action, in the classroom and developing, in initial training, the professionalization (Wittorski, 2008) of students teachers in articulating meaning between information, building knowledge and re building knowledge and considering « concepts as a help to build skills » (Frisch, 2015). This stake is studied as a problematic triptych which is organized around the treatment of pupils errors by students teachers in contextualized situation. Engaging in initial training, students teachers have representations and knowledge about error and treatment of error. In a first phase, we will study what technological and experiential (Barbier & Thievenaz, 2014 ) knowledge (Mayen, Pastré & Vergnaud, 2006) they appropriate and what knowledge they build (Astolfi, 2008) during their initial training to treat pupils errors, in action, in the classroom. In a theory of the didactic of information (Frisch, 2015), we will study the relations established between data, information and knowledge. We propose to analyze the process by which students teachers incorporate external data to build knowledge and propose a modeling of these mechanisms. The nature of the entered and selected data by students teachers, in action, in the classroom, from the relevance and evaluation of concepts (Duplessis, 2007) is to identified versus what knowledge are mobilized by students teachers to select informations and to take their decision to treat the pupils errors, in action, in the classroom. In a second phase, we will analyse how their reflexivity becomes more efficient through their participation in the analysis of their activity, ergonomics, they conduct in contextualized situation, and in the analysis of their interactions with pupils, enaction (Theureau, 2004), to treat errors and which skills are developed. What forms and what characteristics take on the collective intelligences, how do they organize in the space of participation and exchange the classroom represent? In a third part, we will show if the emergence of attributes and pedagogical, didactic and professional operational invariants (Vergnaud) of treatment of pupils errors (Astolfi, 1997) by students teachers in contextualized situation provides an innovative perspective of conceptualization of the error. We will specify the characteristic of actions, their organization, their adjustment, their adaptation in situation and action-situation, in connection with the information taken, in reference to the various phases of tasks and to the conditions to the activity (Leplat, 2011). What meta skills will develop students teachers to look for, observe and perceive the various events and the various informations ? We will identify the nature of the informal practices which evolve towards the development of new practices, described and analyzed, through a learning process, formalized, that we will try to clarify. To analyze this complex set of practices which can be inferred from the observation of events, we will collect traces actions and situations by audio and video recordings, completed by the self-confrontation, interviews, paper trail of sessions preparations and questionnaires. We will identify the recovering process of information which is implemented and technologies which are used. The research protocol selected is a qualitative approach with eight trainees in second year of training in the ESPE. The initial training is a time in professional development of students teachers. To develop experiential learning and skills from analysis of activity to treat the error in contextualized situations is not just about the teaching profession and referred to assist students teachers to a best treatment of pupils errors, in action, adapting, in this trade of human, to changes of evolutions of technological, societal and classroom environments.