Les frontières de l'hospitalité. Construire un commun émancipateur dans un contexte européen de ségrégation des exilé.e.s.

par Pierre Chomette

Projet de thèse en Sciences du territoire

Sous la direction de Anne-Laure Amilhat-Szary.

Thèses en préparation à Grenoble Alpes , dans le cadre de École doctorale sciences de l'homme, du politique et du territoire (Grenoble) , en partenariat avec Politiques publiques, ACtions politiques, TerritoirEs (laboratoire) et de Territoires (equipe de recherche) depuis le 01-10-2017 .


  • Résumé

    Cette thèse interroge les pratiques contemporaines d'hospitalité dans un contexte européen marqué à la fois par l'hostilité de l'accueil institutionnel, les mobilisations collectives hospitalières et la médiatisation sensationnaliste des migrations. Elle s'intéresse aux limites de l'hospitalité envers les personnes exilées depuis une approche géographique et sociopolitique. La thèse propose de considérer certaines formes d'accueil des exilé.e.s depuis le prisme du « commun » ; c'est-à-dire comme une praxis instituante (Dardot et Laval, 2014) : un principe d'agir politique fondé sur l'obligation réciproque pour la communauté politique, qui se forme dans des pratiques collectives auto-organisées. Il s'agit aussi d'envisager la production de « commun hospitalier » depuis le prisme des émotions. Ce travail postule que les émotions provoquées par des médiatisations sensationnalistes produisent des engagements politiques spécifiques, décalant les rapports traditionnels à l'espace, au politique et à la distinction public/privé. Finalement, la thèse se demande dans quelle mesure, et avec quels outils, peut se construire un commun qui soit hospitalier, autonome et émancipateur. Elle questionne sa production sociale et spatiale ainsi que sa réception par les personnes concernées. Enfin, elle interroge l'impact des émotions sur les mobilisations collectives liées aux personnes exilées. En s'intéressant aux pratiques d'alimentation collectives, aux occupations d'espaces et aux multiples solidarités qui se déploient au sein des luttes contre la ségrégation des personnes exilées, des recherches comparatives seront d'abord menées en Rhône-Alpes puis s'élargiront progressivement au Sud de l'Europe (Italie, Grèce). La réflexivité du doctorant (en prise avec des situations où se croisent les rapports de domination) et la mobilisation de méthodologies de recherche expérimentales sont au cœur de l'approche épistémologique de ce travail qui mêle des influences disciplinaires variées.

  • Titre traduit

    Hospitality borders. Building an emancipatory common in a European context of exiles segregation.


  • Résumé

    This thesis interrogates contemporary practices of hospitality in a European context characterised by hostile institutional reception, hospitable collective mobilisations and sensationalist migrations mediatisation. With geographical and sociopolitical approach, it aims to explore the boundaries of hospitality towards exiled people. The study proposes to consider some ways to receptionate exiles through the prism of « common », as instituting praxis (Dardot and Laval, 2014). It means envisaging these practices as founded by specific principles implying mutual obligation for the political community formed by collective and self-organised action. This work also postulates emotions, provoked by sensationalist mediatisations, produce specific political engagement, shifting traditionnel links with space, politics and the public/private distinction. Finally, the study wonders how much, and with wich tools, can be build an hospitable, autonomous and emancipatory common. It interrogates its spatial and social production, as well as its reception by concerned people. Lastly, the work determines emotions impact on collective mobilisations linked with exiles. By enquiring food sharing practices, spaces ocupations and solidarities deployed by struggles against exiles segregation, comparatives researches will be first carried out in Rhône-Alpes and then in South of Europe (Italy, Greece). PhD student's reflexivity (in touch with sensitives situations where domination highly determines relations) and a work on experimental methodologies are central issues for the epistemologic approach of a work involving diverse disciplinary influences.