Le Baptême du Feu : les dynamiques de résilience cognitive et émotionnelle aux opérations militaires

par Majdi Mousa

Projet de thèse en Anthropologie

Sous la direction de Joël Candau.

Thèses en préparation à Côte d'Azur , dans le cadre de École doctorale Sociétés, Humanités, Arts et Lettres (Nice ; 2016-....) depuis le 09-11-2017 .


  • Résumé

    Au cours de leurs trajectoires ontogénétiques, il est estimé que 90% des êtres humains sont exposés à au moins un événement traumatique (crime violent, violence familiale, viol, exploitation des enfants, accident de voiture sérieux, mort soudaine d’un/e proche/s, guerre brutale, etc.) (Southwick et Charney, 2012). Beaucoup d’entre eux réussissent néanmoins à surmonter ces épreuves difficiles et continuer à vivre une existence apaisée. Cela s'applique aussi au niveau phylogénétique : notre espèce a toujours été confrontée à un environnement difficile (catastrophe naturelle, prédation par d’autres espèces, épidémies, etc.) et a pourtant survécu à ces difficultés. Cette réalité humaine est appelée résilience. Elle est un processus actif à l’état latent ou explicite de résistance à la destruction et de construction d’une vie meilleure. L’objet de cette recherche est centré sur les techniques de résilience employées par les soldats en temps réel. C’est-à-dire, celles qui consistent à improviser la guerre plutôt qu’à suivre notre anticipation souvent fantasmée d’elle. Les techniques de résilience développées par avance pendant la trajectoire biographique (civile et militaire) des soldats, ainsi que celles qui se manifestent après l’incident sous une forme d’intervention thérapeutique, ne seront pas abordées ici. En conjuguant méthodes ethnographiques et méthodes expérimentales, l’accent sera mis ici sur les modalités de ce nouveau concept de résilience censé faire nous comment les soldats réagissent devant l’un des éléments fondamentaux de la nature de la guerre dit du "brouillard de guerre".

  • Titre traduit

    Baptism by Fire : dynamics of cognitive and emotional resilience in military missions


  • Résumé

    Over their ontogenetic trajectory, it is estimated that up to 90% of human beings experience at least one serious traumatic event such as violent crime, domestic violence, rape, child abuse, a serious automobile accident, the sudden death of a loved one, etc. (Southwick and Charney, 2012). Nevertheless, many of them find ways to cope with the challenge and continue with purposeful lives. This pertains as well as to the phylogenetic level : human body (natural and cultural) carry too many evidences that our specie has been always a part of a tireless struggle with his environment (a natural disaster, a debilitating disease or a predation from wild species, etc.). We define this human reality so-called resilience as an active process whether latent or explicit that entails not only the capacity to resist the destruction, but also the capacity to construct a worth living life. By putting aside, the resilience’s strategies developed in advance by the biographic trajectory of soldiers (civil and military), as well as theses which comes in the after crisis in a shape of therapeutic intervention seeking recovery, this research focuses on the resilience’s strategies that soldiers employ in the real time in order to improvise war rather than following our anticipation of it. By using ethnographic and experimental method together, we seek a profound look to this new concept of resilience, and to document how soldiers respond to one of the fundamental elements of nature of war so-called “Fog of War”.