Une pratique punitive routinisée : l'exclusion ponctuelle de cours comme questionnement de la norme scolaire dans les collèges de la très grande pauvreté

par Julien Garric

Thèse de doctorat en Sciences de l'éducation

Sous la direction de Nicolas Sembel.

Thèses en préparation à Aix-Marseille , dans le cadre de Cognition, langage, éducation (356) .


  • Résumé

    L’enquête que nous avons menée dans trois collèges de l’éducation prioritaire renforcée s’inscrit dans un des territoires les plus pauvres de France et d’Europe. L’exclusion ponctuelle de cours y constitue une pratique qui s’est banalisée. Dans un contexte ségrégué socialement et ethniquement à l’extrême, l’écart social exceptionnel entre les enseignant·es et leurs élèves bouleverse les relations pédagogiques et semble devoir à la longue transformer en profondeur l’institution scolaire. Cette thèse propose d’utiliser par analogie le cadre de la sociologie de la déviance appliqué à l’école de la très grande pauvreté afin de remettre au cœur de l’analyse les processus de domination sociale et de violence symbolique. L’analyse repose sur une observation participante menée dans ces établissements pour analyser l’activité pédagogique et éducative qui se développe autour de la pratique de l’exclusion. Dans un contexte extrêmement dégradé, l’usage de l’exclusion ponctuelle de cours exacerbe les conflits. Son application se situe dans les faits aux antipodes des prescriptions, la mise à l’écart d’élèves catégorisés comme « inéducables » devenant une routine punitive. L’expérience de l’exclusion risque alors de transformer en profondeur l’institution scolaire. En confrontant ses personnels à l’altérité sociale elle les pousse à devenir des agents de la désignation sociale. En naturalisant les comportements elle participe à la construction des parcours de rupture de ses élèves les plus exposés. Contrainte à cette logique de sélection l’école de la république pourrait ainsi proposer malgré elle une éducation à la citoyenneté « sacrificielle » en contradiction avec ses valeurs.

  • Titre traduit

    A routinised punitive practice: Punctual classroom exclusion as a questioning of the academic norm in very poor secondary schools.


  • Résumé

    The survey we conducted in three takes place in one of the poorest territories in France and Europe. Punctual classroom exclusion there is a banalized practice. In an extremely socially and ethnically segregated context, the huge social gap between teachers and their students upsets pedagogical relations and seems to have the potential to profoundly transform the scholar institution itself in the long run. This thesis proposes to use by analogy the framework of the sociology of deviance applied to the school of extreme poverty in order to put the processes of social domination and symbolic violence at the heart of the analysis. The analysis is based on participant observation carried out in these schools to analyze the pedagogical and educational activity that develops around the practice of exclusion. In an extremely degraded context, the use of punctual exclusion from courses worsens conflicts. Its daily application is in fact the opposite of prescriptions, the exclusion of students categorized as "uneducable" becoming a punitive routine. The experience of exclusion then risks to profoundly transform the school institution. By confronting its staff with social otherness, it pushes them to become agents of social designation. By naturalizing behaviours, it participates in the construction of the breakaway paths of its most exposed students. Constrained by this logic of selection, the school of the republic could thus propose, in spite of itself, a "sacrificial" citizenship education in contradiction with its values.