MUTASOL, Mutations foncières des sols pollués : risques et coûts

par Cinzia Rinaldesi

Projet de thèse en Amenagement

Sous la direction de Agnès Berland-Berthon.

Thèses en préparation à Bordeaux 3 , dans le cadre de Montaigne-Humanités , en partenariat avec Passages (Pessac, Gironde ; Pau ; Talence, Gironde) (equipe de recherche) depuis le 23-11-2017 .


  • Résumé

    La réurbanisation des friches industrielles est une question d’actualité dans plusieurs champs : l’urbanisme, l’économie circulaire, la pollution des sols. L’étendue de ces friches et leur situation proche, voire au sein des agglomérations, leur effet dysfonctionnel sur leur environnement proche lorsqu’elles sont délaissées, mais aussi leur potentialité quand elles peuvent être réactivées font de leur réintroduction dans le marché foncier urbain un enjeu urbain majeur qui mobilise de nombreux acteurs techniques et politiques. Si le coût élevé de la décontamination est le frein principal à leur réutilisation et que leurs modalités techniques complexes et le cadre réglementaire de sa mise en oeuvre (niveaux de responsabilité des acteurs en matière de prise en charge de la décontamination) pèsent sur cette décision, la faisabilité du projet est également impactée par la localisation urbaine de ce foncier pollué. Ces incertitudes sont constitutives de la notion de « risque » liée à ce type d’opération, le risque financier pour les opérateurs urbains susceptibles de s’engager dans la réurbanisation des friches étant non seulement lié au risque sanitaire initial mais également aux potentialités urbaines du site. Au vu du coût financier de la mise en décharge, mais aussi du non-sens en terme écologique du stockage de terres dans des centres d’enfouissement, améliorer la connaissance sur l’état précis de la pollution et les processus de décontamination adaptés, sur leur cadre réglementaire et sur les coûts des différents modes pératoires possibles de « rentrée en ville » des friches industrielles apparaît aujourd’hui nécessaire pour relever ce défi. L’objective de cette recherche est de proposer à la Région Nouvelle Aquitaine une méthodologie d’aide à la décision pour la réintroduction dans le marché foncier urbain des friches industrielles, via l’élaboration des scénarios stratégiques d’aménagement et de dépollution.

  • Titre traduit

    Land transfer of contaminated soil : risks and costs


  • Résumé

    The re-urbanization of brownfields is a topical issue in several fields: urban planning, circular economy, soil pollution. The reintroduction of these sites in the urban land market is a major urban challenge involving many technical and political actors. This is due to the extend of these brownfields and their surrounding agglomerations, to their dysfunctional impact on the environment once they are abandoned, but also to their reactivation potential. The high cost of the decontamination is the main factor preventing their re-use. The complex technical procedure and the regulatory framework for its implementation (level of responsibility of the actors related to the management of the decontamination) also affect the decision. Furthermore, the urban location of these polluted sites impacts as well the project feasibility. These uncertainties shape the notion of "risk” related to these kinds of operations. The financial risk for the urban players expected to undertake the re-urbanization of the brownfields is related not only to the initial health risk, but also to the urban potentials of the site. Considering the financial cost and the ecological nonsense of landfill sites, it appears necessary to improve the knowledge of the specific pollution conditions, the suitable decontamination process, the regulatory framework and the cost of the different operating procedures for the re-urbanization of the sites. The objective of this research is to implement a decision-making support for the Nouvelle-Aquitaine region for the reintroduction of brownfields in the urban land market through the formulation of strategic scenarios of development and depollution.