Une société artistique et littéraire à Nantes au début de la IIIe République, Le Clou (1884-1912)

par Frédéric Crehalet

Projet de thèse en Histoire, histoire de l'art et archéologie

Sous la direction de Anne-Claude Ambroise-rendu.

Thèses en préparation à université Paris-Saclay , dans le cadre de École doctorale Sciences de l'Homme et de la société (Sceaux, Hauts-de-Seine ; 2015-2020) , en partenariat avec Centre d'Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines (laboratoire) et de université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (établissement de préparation de la thèse) depuis le 01-09-2017 .


  • Résumé

    Pendant presque trente ans à Nantes, la société artistique et littéraire Le Clou a réuni autour d'un architecte, Georges Lafont, des membres de la bourgeoisie nantaise représentatifs des élites provinciales du début de la IIIe République. Entre 1884 et 1912, cette société affirme son originalité dans le milieu culturel nantais et sa rivalité avec le Chat noir parisien. Pourtant, ce cercle serait-il représentatif d'une sociabilité culturelle non seulement à Nantes et plus généralement en province? L'étude de cette société reposera d'abord sur l'analyse du lieu des réunions et sur celle de la composition de ses membres, issus de la bourgeoisie ou des milieux artistiques professionnels nantais, fonctionnant en réseau dont un des carrefours est l'Atelier de Lafont. Basée sur une documentation archivistique, muséographique et imprimée riche mais dispersée, parfois d'origine privée, elle présentera des pratiques culturelles alors en vogue, qu'il s'agisse de la petite illustration ou du théâtre de société. Alors se posera la question de la représentativité du Clou par rapport à la sociabilité et aux pratiques artistiques d'autres villes de province.

  • Titre traduit

    The Clou, litterary and artistic society, Nantes (1884-1912)


  • Résumé

    For nearly thirty years in Nantes, the artistic and literary society ‘Le Clou' assembled members of the city's bourgeoisie, representative of the provincial elites at the beginning of the Third Republic, around an architect, Georges Lafont. Between 1884 and 1912, this society asserted its originality in the cultural environment of Nantes and its rivalry with the Parisian ‘Chat Noir'. Yet would this circle be representative of a cultural sociability not only in Nantes and more generally in the provinces. The study of this society will be based first of all on the analysis of the location of the meetings and on the composition of its members, drawn from the bourgeoisie or the professional artistic circles of Nantes, operating in a network of which one of the hubs is the Workshop of Lafont. Based on a rich but dispersed archival, museographic and printed documentation, sometimes of private origin, it will present cultural practices then in vogue, whether it be the small illustrations or the theater of society. From this will follow the question of the representativeness of ‘Le Clou' in relation to the sociability and artistic practices of other provincial cities.