La figure du chevalier dans les traditions littéraires française et chinoise

par Yin Yuan

Projet de thèse en Littérature générale et comparée

Sous la direction de Philippe Postel.

Thèses en préparation à Nantes , dans le cadre de ALL - Arts, Lettres et Langues (Nantes) depuis le 28-11-2017 .


  • Résumé

    Cette présente thèse est consacrée à une étude comparative portant sur la figure du chevalier dans les traditions littéraires française et chinoise. Le chevalier dans la Rome antique est un citoyen riche appartenant à l’ordre équestre. Il faut attendre le Moyen-âge pour que le chevalier devienne un combattant à cheval et pour que la catégorie sociale des chevaliers soit généralisée en Europe. Les chevaliers transposés en littérature incarnent souvent des figures héroïques dont on fait l’élog,e et se caractérisent par des traits héroïques tels que la force combative, le sens de la justice, l’audace et l’intelligence. Il est très intéressant de constater que tant dans l’histoire que dans la littérature chinoise, il existe la notion de xiake 侠客 (ou de xiashi 侠士, ou youxia 游侠), qui est similaire à la notion de chevalier dans la culture occidentale. En effet, on trouve chez les deux figures beaucoup de convergences. Le xiake chinois est aussi très fort et combatif. En plus, il est aussi audacieux et a le sens de la justice. Même si les deux figures, le xiake chinois et le chevalier occidental, semblent à première vue avoir de nombreux points communs donnant lieu à des développements thématiques et idéologiques similaires dans les traditions littéraires française et chinoise, elles sont toutefois bien différentes l’une de l’autre. Les divergences seront donc ce qui nous intéressera davantage.


  • Pas de résumé disponible.