L'Organisation internationale de la vigne et du vin Etude sur la théorie et la pratique de régulation d'une organisation spécialisée en évolution constante

par Yann Juban

Projet de thèse en Droit privé, droit public, histoire du droit

Sous la direction de Théodore Georgopoulos.

Thèses en préparation à Reims , dans le cadre de Ecole Doctorale Sciences Humaines et Sociales , en partenariat avec (CRDT) Centre de Recherche Droit et Territoire (laboratoire) depuis le 29-11-2017 .


  • Résumé

    Dans le domaine agro-alimentaire, le secteur viti-vinicole est le seul à disposer d'une organisation intergouvernementale scientifique et technique ayant notamment pour objectif d'élaborer des normes internationales : l'Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV) fondé en 1924 à l'initiative des principaux pays producteurs européens. Au cours du 20ème siècle, les 7 pays signataires fondateurs seront rejoints par une quarantaine d'autres pays d'Europe, d'Afrique, d'Amérique et d'Océanie à l'image d'un secteur économique devenu réellement mondial. Cet élargissement à des pays producteurs mais aussi consommateurs dont les approches techniques, juridiques ou sociétales du vin pouvaient différer parfois de façon antagonique a conduit à une réforme de l'Arrangement constitutif sous la forme d'un nouvel accord international adopté en 2001. Au 21ème siècle l'OIV-Organisation internationale de la vigne et du vin, ouverte sur l'Asie, compte actuellement 46 Etats membres et demeure la seule organisation intergouvernementale spécialisée à vocation normative du secteur agroalimentaire. Dans le même temps, de nouvelles structures internationales ou régionales ont été créées ayant une vocation multilatérale dans le domaine de la propriété intellectuelle, de la normalisation alimentaire, du commerce ou de l'organisation de marchés communs ou de règles techniques communes. Dans ce nouveau contexte économique et juridique, les règles régissant la production et la commercialisation des vins ont également grandement évolué donnant naissance à un ensemble complexe constitutif d'un droit de la vigne et du vin. A l'aube du centenaire de l'Organisation, après avoir présenté les fondements, les structures et l'activité de l'OIV, la thèse proposée vise à : Etudier son positionnement dans le contexte de la normalisation internationale Si l'on retient la définition reconnue par l'OMC, la norme est un document établi par consensus, qui fournit, pour des usages communs et répétés, des règles, des lignes directrices ou des caractéristiques, pour des activités ou leurs résultats, garantissant un niveau d'ordre optimal dans un contexte donné Il sera donc important de se référer aux termes qui fixent au sein de l'OIV le cadre de cette normalisation, sur le plan juridique : « soft-law », « mesures d'exécution / transposition », « résolution / décision », « pratique du consensus » De même, il est conviendra de distinguer les différentes fonctions de l'OIV : expertise, normalisation, surveillance, communication, médiation … Puis, il sera nécessaire d'examiner deux questions juridiques majeures : le contrôle de l'action de l'OIV (élément nécessaire pour la légitimité de l'action) et l'effectivité de celle-ci. Justifier l'existence d'une organisation intergouvernementale spécialisée indépendante du système des Nations-Unies Il se pose en effet la question du principe de spécialité, très important dans cette organisation atypique. Cette approche « verticale » de filière se trouve confrontée à une approche « horizontale » visant à intégrer la viticulture dans l'ensemble des activités agricoles ; à englober les pratiques œnologiques parmi les pratiques industrielles alimentaires ou à ne pas distinguer la consommation de vin parmi les autres boissons alcooliques. Par ailleurs, il faudra examiner la délimitation et l'évolution des compétences de l'OIV qui se définissent par rapport au produit plutôt que par rapport à des objectifs politiques (par ex. paix), des valeurs (culture, santé) ou des considérations économiques (développement économique). Cela donne à l'OIV une dimension unique t soulève des questions de coexistence, concurrence avec d'autres organisations Il conviendra donc d'évaluer les atouts et les faiblesses d'un système spécialisé et d'analyser les facteurs de résistance du principe de spécialité face aux prérogatives d'autres organisations intergouvernementales universelles.

  • Titre traduit

    The International Organisation of Vine and Wine Study of the theory and practice of regulation of a specialised organization in constant evolution.


  • Résumé

    Within the agri-food industry, the vitiviniculture sector is the only sector with accompanied by a scientific and technical intergovernmental organization specifically towards the goal of creating international standards. This organisation is: The International Organisation of Vine and Wine, founded in 1924 through an initiative of major wine producing countries in Europe. Over the course of the 20th century the 7 original signatories were joined by 40 other countries from Europe, Africa, the Americas and Oceania to reflect the reality of a sector that had grown to be truly international. This growth included, not only producing countries, but also consumers. Therefore the technical, legal or societal approaches to wine between members could differ in a hostile manner which led to a reform of the constituent arrangement in the form of a new international accord adopted in 2001. In the 21st century the OIV, International Organisation of Vine and Wine, welcomed is first members from Asia, and is currently composed of 46 member states and remains home to the only intergovernmental organization specialized towards a standardising mission in the agri-food sector. During this time new international and regional structures were created with multilateral missions in the domains of intellectual property, food standards, trade, organization of common markets and community technical regulations. In this new economic and legal context the regulations governing the production and sale of wines have also significantly evolved, creating a complex reality of wine and vine law. On the eve of the centennial anniversary of the Organisation, having presented the foundations, structures and activities of the OIV the Thesis proposed covers: - Studying the position of the OIV in the context of international standardisation. Taking the definition recognised by the WTO (World Trade Organisation) a standard is a: “Document approved by a recognized body, that provides, for common and repeated use, rules, guidelines or characteristics for products or related processes and production methods, with which compliance is not mandatory… standards are defined as voluntary and technical regulations as mandatory documents. Standards prepared by the international standardization community are based on consensus.” Therefore, it is important to refer to the terms which, within the framework of the OIV, anchor the structure of normalisation to the legal bases of ‘soft-law', ‘measures of execution/transposition', ‘resolutions/decisions', ‘the practice of consensus', etc. Likewise, it is important to distinguish the different functions of the OIV including expertise, normalisation, oversight, communication, and mediation. After is necessary to examine two major legal questions. The first being the control of the actions of the OIV (necessary for the legitimacy of the actions) and the second being the efficacy of this control in order to: - Justify the existence of a specialised intergovernmental organization independent of the system of the United Nations. This poses, in effect, a question regarding the principle of specialisation, which is particularly important within this atypical organisation. This vertical approach to the sector is faced by a horizontal approach aimed at integrating viticulture into the wider group of agricultural activities. In doing so also absorbing oenological practices into industrial food production practices as well as not creating a distinction between wine and other alcohol beverages. Furthermore, the delimitation and evolution of the competences of the OIV which are defined by the product more so than by political objectives (for example peace), certain values (cultural or health), or economic considerations (economic development) must be examined. This gives the OIV a unique perspective, presenting questions of coexistence and also competition with other organisations. It therefore is logical to evaluate both advantages and weaknesses of specialised systems. In addition to analysing the factors which provide resistance to the principle of specialisation when faced by the prerogatives of other global intergovernmental organisations