Expansionnisme en mer de Chine - évolution de la marine chinoise et de sa doctrine, vers un nouveau paradigme ?

par Cédric SarrÈTe

Projet de thèse en Sciences de gestion spécialité Prospective, innovation, stratégie, organisation

Sous la direction de Sabine Jansen.

Thèses en préparation à Paris, HESAM , dans le cadre de École doctorale Abbé Grégoire (Paris) , en partenariat avec Laboratoire interdisciplinaire de recherche en sciences de l'action (Paris) (laboratoire) et de Equipe de management (equipe de recherche) depuis le 01-11-2017 .


  • Résumé

    La thèse a pour objectif d'analyser les ré-orientations stratégiques militaires de la Chine notamment à travers l'évolution de sa marine et de sa doctrine navale. Les recherches porteront en premier lieu, sur les revendications unilatérales de la Chine sur la mer de Chine (MdC) qui ont de quoi interroger ses voisins ainsi que la communauté internationale au regard du droit international. En utilisant ses milices maritimes, l'intimidation et la stratégie du fait accompli, la Chine semble vouloir s'approprier l'ensemble de la MdC. Si d'un premier abord les ressources halieutiques et énergétiques paraissent être les raisons directrices de ce changement de paradigme, qu'en est-il des enjeux de la Force Océanique Stratégique (FOS) chinoise et singulièrement des voies de sortie des SNLE qui la composent ? Puis à l'opposé des eaux troubles de la stratégie chinoise en mer de Chine, la lecture des intentions militaires chinoises en océan Indien semble plus intelligible. Il aura fallu attendre plus de 500 ans après la septième expédition (1430-1433) de ZHENG He 郑和 pour que la marine chinoise remette cap à l'est notamment au sein de coopérations internationales (anti-piraterie dans le golfe d'Aden) ou dans le cadre d'établissement de bases navales (collier de perles). Toutefois, pour un pays historiquement passif à la fois en haute mer et sur la scène internationale, quel est le sens caché de ces nouveaux engagements ? Parallèlement aux actes, les intentions affichées de Pékin telles qu'elles sont rapportées dans le livre blanc de la défense du 26 mai 2015 interpellent par plusieurs points : sa volonté grandissante à obtenir des capacités de projection de puissance (porte-avions), le maintien de sa dissuasion stratégique via sa capacité de riposte nucléaire (dépendante des SNLE) et finalement l'apparition d'un nouveau concept dit de « défense active ». Si en surface le discours semble toujours « défensif », en profondeur ne cacherait-il pas une stratégie expansionniste ? En conclusion, la thèse dans son ensemble aura pour visée de comprendre les manœuvres maritimes présentes et futures de Pékin au travers des corrélations entre les actions de sa marine, ses besoins stratégiques et ses moyens industriels et scientifiques.

  • Titre traduit

    Expansionism in the China Sea - evolution of the Chinese Navy and of her doctrine, toward a new paradigm ?


  • Résumé

    The aim of the thesis is to analyze China's strategic military re-orientations, particularly through the evolution of its navy and its naval doctrine. The research will focus first on China's unilateral claims on the China Sea which have enough to question its neighbors and the international community under the point of view of the international law. By using its maritime militias, intimidation and the “fait accompli” strategy, China seems to want to seize the entire China sea. If at first glance the halieutic and energetic resources seem to be the main reasons for this paradigm shift, what about the stakes of the Chinese Strategic Oceanic Force and, in particular, the maritime exit routes of the SSBN? Then, in contrast to the murky waters of the Chinese strategy in the China Sea, the reading of Chinese military intentions in the Indian Ocean seems more intelligible. It took more than 500 years after the seventh expedition (1430-1433) of ZHENG He 郑 和 for the Chinese navy to return to the east in particular in international cooperation (anti-piracy in the Gulf of Aden) or as part of establishing naval bases (pearl necklace). However, for a historically passive country both on the high seas and on the international scene, what is the hidden meaning of these new commitments? Parallel to the acts, Beijing's stated intentions as reported in the defense white paper of May 26, 2015 are concerned by several points: its growing desire to obtain power projection capabilities (aircraft carrier), the maintenance its strategic nulear deterrence via its nuclear response capability (dependent of the SSBN) and finally the appearance of a new concept called "active defense". If on the surface the speech still seems "defensive", in depth would it not hide an expansionist strategy? In conclusion, the aim of the thesis as a whole is to understand present and future maritime maneuvers of Beijing through the correlations between the actions of its navy, its strategic needs and its industrial and scientific capabilities.