Bien être des entrepreneurs et secteur informel au Nigeria

par Olugbenga Omoloba

Projet de thèse en Sciences de gestion

Sous la direction de Christophe Estay.

Thèses en préparation à Paris, HESAM , dans le cadre de École doctorale Abbé Grégoire (Paris) , en partenariat avec Laboratoire interdisciplinaire de recherche en sciences de l'action (Paris) (laboratoire) et de Equipe de management (equipe de recherche) depuis le 04-10-2017 .


  • Résumé

    L'économie informelle, appelée aussi le secteur informel, est une partie importante de l'économie nigériane et fournit des biens et des services à des millions de Nigérians. En outre, c'est une source d'emploi majeure, en particulier pour ceux qui ne peuvent assurer le travail dans le secteur formel. Indépendamment de l'importance du secteur informel, il est souvent négligé et mal compris. Le secteur comprend des activités commerciales qui ne sont pas entièrement réglementées par le gouvernement et les autres autorités publiques; cependant, la majorité de ces activités sont considérées comme légitimes, mais exécutées de manière irrégulière. En ce qui concerne les niveaux intolérables de pauvreté et de chômage des jeunes, le gouvernement nigérian a mis en place plusieurs programmes d'autonomisation. Selon Harper (1984), l'un des secteurs les plus viables perçus par beaucoup comme significatif pour améliorer les moyens de subsistance de la majorité pauvre est le secteur informel, d'autant plus qu'il peut offrir des opportunités d'affaires aux moins qualifiés, ce qui leur procure des revenus. Par conséquent, il y a une augmentation rapide des entreprises informelles dans les zones urbaines du Nigeria. Pour reconnaître le rôle important du secteur informel, Hallberg (2000) est d'avis qu'une nation avec un grand nombre de petites entreprises a une base solide pour le développement futur car, à mesure que l'économie est en pleine maturité, certaines de ces petites entreprises rejoignent le secteur formel et deviennent grandes entreprises et compétitives. Sur la base de cet argument, le développement du secteur informel est impératif pour la croissance de tout pays tiers, sinon il restera tributaire des sociétés multinationales (multinationales). Quoi qu'il en soit, les entreprises informelles sont confrontées à de nombreuses contraintes, principalement parce qu'elles n'ont pas l'aide du gouvernement, des organisations non gouvernementales (ONG) et du secteur privé. C'est en raison de ces problèmes que la contribution du secteur aux moyens de subsistance des pauvres du Nigéria peut être établie et documentée avec les facteurs qui dissuadent son succès afin que des mesures d'atténuation puissent être prises pour soutenir le secteur et lui permettre de jouer un rôle plus important dans leurs vies. Sans aucun doute, à la racine de toutes ces questions n'est rien de nouveau, c'est plutôt l'expression de la façon dont la société définit la légitimité morale du capitalisme et des exemples variés de sa réussite dans le monde réel qui a fait de son ascendant une façon nouvelle et bénéfique de concevoir des affaires. C'est en effet dans ce contexte, une question très pertinente qui sous-tend un paysage capitaliste changeant est: quel rôle le secteur informel at-il dans son évolution? Est-ce un concept nouveau qui offre un changement viable, utile ou dramatique dans la façon dont nous abordons les préoccupations et le développement de la société; est-ce simplement une technologie de marketing intelligente pour attirer le capital et les clients; ou est-ce basé uniquement sur la rhétorique et existe déjà sous la forme que les entreprises ou les organisations sont aujourd'hui? En établissant une base solide qui ne perçoit pas automatiquement le secteur comme une panacée pour résoudre l'économie et les inefficiences de la société, mais plutôt la considère comme une entité douteuse dans le paradigme changeant qui est le capitalisme, l'étude traitera les questions suivantes : Quels sont les déterminants du bien être des entrepreneurs informels au Nigeria ? Y a-t-il des différences dans le bien être des entrepreneurs liées aux degrés de formalisation des entreprises ?

  • Titre traduit

    What are the determinants of the degree of informalisation of enterprises in Nigeria


  • Résumé

    The informal economy also known as the informal sector is a major part of the Nigerian economy, and provides goods and services to millions of Nigerians. In addition, it is a major source of employment, especially for those who are unable to secure work in the formal sector. Regardless of the significance of the informal sector, it is often neglected and misunderstood. The sector comprises business activities that are not fully regulated by the government and other public authorities; though, majority of these activities are seen to be legitimate, but executed in an irregular manner. In addressing the intolerably high levels of poverty and youth unemployment, the Nigerian government has established several empowerment programs. According to Harper (1984), one of the most viable sectors perceived by many as significant towards improving the livelihoods of the poor majority is the informal sector, especially since it can provide business opportunities to the less skilled thereby bringing them income. Consequently, there is a rapid increase of informal businesses in Nigeria urban areas. To acknowledge the important role of informal sector, Hallberg (2000) holds the view that a nation with a large number of small firms has a strong foundation for future development because as its economy matures, some of these small firms join the formal sector and become large and competitive enterprises. Based on this argument, informal sector development is imperative to any third world country's growth otherwise it will remain dependent on Multi-National Companies (MNCs). Be that as it may, informal businesses are facing a lot of constraints mainly because they do not have assistance from the government, Non-Governmental Organizations (NGOs) and the private sector. It is because of such issues that the sector's contribution to the livelihoods of the poor people of Nigeria can be established and documented together with the factors deterring its success so that alleviation measures can be taken to sustain the sector and allow it to play a larger role in their lives. Undeniably, at the root of all these issues is nothing new, rather it is an expression of how society define the moral legitimacy of capitalism and various examples of its real world success that have paved its ascendency as a perceived new and beneficial way of conceiving business. It is indeed within this context, a very pertinent question underlying a changing capitalist landscape is: What role does informal sector serve in its evolution? Is it a new concept that provides a viable, useful or dramatic shift in the way we tackle society's concerns and development; is it just a clever marketing technique to attract capital and customers; or is it based purely on rhetoric and already exists in the form that business or organizations are today? By establishing a solid foundation that does not automatically perceive the sector as a panacea to solve economy and society's inefficiencies but rather treats it as a questionable entity within the shifting paradigm that is capitalism, the research study will address the following questions;“What is the determinant of the degrees of informalisation of micro-enterprises in Nigeria”.