La protection des civils dans les opérations de paix des Nations Unies

par Kokou Kanabo

Projet de thèse en Sécurité Internationale et défense

Sous la direction de Thierry Garcia.

Thèses en préparation à Grenoble Alpes , dans le cadre de Sciences Juridiques , en partenariat avec Centre d'Etudes sur la Sécurité Internationale et les Coopérations Européennes (laboratoire) depuis le 04-12-2017 .


  • Résumé

    La protection des civils dans le cadre des opérations de paix des Nations Unies vise à préserver la vie, l'intégrité physique et morale et la dignité des personnes affectées par un conflit armé. Elle a donc essentiellement pour fondement l'obligation qui incombe aux Etats de promouvoir, respecter et réaliser les droits de l'homme en temps de paix, mais aussi- et surtout- en temps de conflit armé. Ainsi, est-elle devenue, depuis 1999, un critère de succès des opérations de paix des Nations Unies. Quoique n'étant pas la seule tâche de ces opérations, la PdC est considérée à la fois comme un résultat spécifique à atteindre et le résultat ultime auquel doit conduire l'accomplissement de toutes les autres tâches de ces Missions : plus la paix est consolidée, plus les civils sont protégés des violences et jouissent de leurs droits. Près de vingt années après la prise en compte expresse de la protection des civils par les mandats des opérations de paix, les Missions multidimensionnelles de paix des Nations Unies promettent plus qu'ils ne protègent. En témoigne les nombreux rapports du Secrétaire général de l'ONU sur la PdC d'une part et les sévères critiques dont font l'objet les Missions sur le terrain d'autre part. En outre, ce constat devient plus déconcertant lorsque les Casques bleus en viennent à commettre eux aussi de graves crimes et des actes d'inconduite contre les populations qu'ils ont pour mandat de protéger, sans qu'ils soient véritablement sanctionnés. Quel est le cadre normatif régissant la PdC dans les opérations de paix des Nations Unies ? Ce cadre est -il favorable à l'efficacité de la mission de protection des civils dans des situations de conflits armés de plus en plus violents ? Quels sont les facteurs juridiques, politiques et opérationnels qui limitent l'efficacité de la protection des civils dans les opérations de paix des Nations Unies ? Enfin, dans quelle mesure faut-il revoir les mandats, les ressources, afin d'optimiser l'efficience des actions de protection des civils par les missions de paix ? Telles sont les préoccupations auxquelles devra répondre notre thèse.

  • Titre traduit

    The protection of civilians in United Nations peace operations


  • Résumé

    The protection of civilians in United Nations peace operations aims to preserve the life, security, physical and moral integrity and dignity of those affected by armed conflict. Since 1999, the protection of civilians has become a criterion for the success of United Nations peace operations. Although this is not the only task of these operations, the PoC is regarded as a specific outcome to be achieved and the ultimate outcome to which all other tasks of these missions must be carried out: more peace is consolidated, more civilians are protected from violence and enjoy their rights. Almost 20 years after the explicit recognition of the protection of civilians by the mandates of peace operations, UN multidimensional peace missions promise more than they protect. This is reflected in the many reports of the Secretary-General on PoC, and in the severe criticisms of field missions. Moreover, this finding becomes more disconcerting when peacekeepers also commit serious crimes and acts of misconduct against the populations they have the mandate to protect; without being really punished. What is the normative framework governing the PoC in United Nations peace operations? Does this framework support the effectiveness of the mission of protecting civilians in situations of increasingly violent armed conflict? What are the legal, political and operational factors that limit the effectiveness of the protection of civilians in United Nations peace operations? Finally, to what extent should mandates be examined in order to maximize the effectiveness of civil protection actions by peace missions? These are the concerns our thesis must answer.