Anatole France après l’Affaire Dreyfus : nouvelle orientation de l’œuvre ?

par Shirin Arhami Moghaddam

Projet de thèse en Littératures française et francophone

Sous la direction de Sylvie André.

Thèses en préparation à Paris 3 , dans le cadre de École doctorale Littérature française et comparée (....-2015 ; Paris) , en partenariat avec Centre d'études et de recherches comparatistes (Paris) (equipe de recherche) depuis le 10-11-2008 .


  • Résumé

    Le nom d’Anatole France, l’écrivain qui fut célèbre, il y a un siècle, court le risque d’être oublié de nos jours. Fraichement nommé à l’Académie française, il a vu son nom briller pendant l’Affaire Dreyfus aux côtés de Zola et des autres dreyfusards. Il consacre Monsieur Bergeret à Paris entièrement à cette Affaire. Mais après la réhabilitation du Capitaine, lui, qu’il avait mis tant d’espoir dans cette affaire voit ses rêves s’effondrer. Nous percevons un changement après l’Affaire dans l’orientation de ses œuvres. Cette nouvelle orientation se fait ressentir surtout à partir de son roman Sur la pierre blanche dans lequel il bâtit une cité de rêve à la fin de son roman. Il devient un amoureux impénitent de l’imaginaire en quête de l’ « inconnaissable », le conteur du « merveilleux », le bâtisseur de « cité utopique ». Avec le temps et surtout vers la fin de sa carrière Il prend un ton plus amer avec une tendance contre-utopique. Il prend conscience de l’impossibilité de changer la société. Cette tendance va s’intensifier dans L'Île des pingouins et La Révolte des anges qu’on peut qualifier de contre-utopies avec des effets de Merveilleux. Pourtant il évite de prévoir une fin pour ses deux histoires dans l’espoir que peut-être les futures générations arriveront à écrire une fin heureuse pour l’histoire et l’humanité.

  • Titre traduit

    Anatole France, After Dreyfus Affair : a new orientation of the works ?


  • Résumé

    Anatole France, the French writer who was famous one century ago, risks to be forgotten nowadays. Freshly elected at the “Académie Française”, he saw his name shining during the Dreyfus Affair beside Zola and the other dreyfusards. The story of Monsieur Bergeret à Paris is completely dedicated to the Affair. But after the rehabilitation of the Captain Dreyfus, he, who had put so much hope in this Affair, sees his dream collapsed. After this period, we perceive a change in the orientation of his works. This new orientation is felt especially at the end of his novel Sur la Pierre Blanche in which he builds a dream city. He becomes an incorrigible lover of the imaginative world in search of the “unknownable”, a storyteller of the “magic”, the builder of an “utopian city”. Latter, especially towards the end of his career, he took a more bitter tone, a kind of “contre-utopia”. He became aware of the impossibility of changing the society. This trend is intensified in his two novels: L’Île des pingouins and La Révolte des anges which we can be qualified of “contre-utopia” with effects of magic. Nevertheless he avoid to plan the end of these two stories in hope that the future generations will manage, maybe, to write a happy end for the history and for the humanity.