Elaboration, pérennité, adaptations : temporalités des édifices publics ordinaires. Les bâtiments communaux villeurbannais au XXe siècle.

par Nolwenn Le goff

Projet de thèse en Architecture

Sous la direction de Vincent Veschambre et de Catherine Maumi.

Thèses en préparation à Lyon , dans le cadre de Sciences sociales , en partenariat avec Environnement, Ville, Sociétés (equipe de recherche) depuis le 20-11-2017 .


  • Résumé

    Ce travail de doctorat porte sur l’évolution des édifices publics ordinaires au XXe siècle, leurs conditions d’émergence, de pérennisation et d’adaptation ; ainsi que les temporalités complexes dans lesquelles ils s’inscrivent. Il s’agit de se donner les moyens de penser la transformation progressive des parcs d’édifices publics, au gré de l’évolution des besoins sociaux des territoires, des contraintes et enjeux propres à différentes périodes du XXe siècle. Cette thèse se propose d'analyser cette dynamique spatiale et temporelle autour du cas d’un parc de 165 établissements recevant du public gérés par la Ville de Villeurbanne, sur une centaine d’années. Construite au fil du XXe siècle, cette série d’édifices présente des caractéristiques architecturales très variées, sur les plans fonctionnel, morphologique, technique, visuel, et constitue, à ce titre, un échantillon représentatif. Le projet de thèse interroge donc les capacités d’adaptation et les conditions d’évolutivité de ces édifices.