Systèmes d'élevage sur les prairies indigènes d'Amérique du Sud: quand la production rencontre la conservation

par Pablo Modernel

Projet de thèse en Sciences agronomiques

Sous la direction de Marc Corbeels et de Pablo Tittonell.

Thèses en préparation à Montpellier, SupAgro en cotutelle avec Wageningen UR , dans le cadre de GAIA - Biodiversité, Agriculture, Alimentation, Environnement, Terre, Eau , en partenariat avec AIDA-Agroécologie et intensification durable des cultures annuelles (laboratoire) depuis le 01-09-2013 .


  • Résumé

    La demande de viande va augmenter dans les prochaines décennies , ce qui implique que la productivité doit être renforcée. En outre, l'inquiétude est générale sur les effets environnementaux des systèmes de production animale actuels. Les Prairies d'Amérique du Sud (Campos) comprennent plus de 500 000 km2 et sont très riche en diversité d'espèces de plantes fourragères indigènes, donnant lieu à une structure hétérogène dans l'espace et le temps, visibles par les différentes combinaisons d'espèces. La production animale dans la région repose sur cette végétation comme la principale source d'alimentation . Les parcours offrent plusieurs services écosystémiques, menacées dans le Campos Amérique du Sud par les changements d'utilisation des terres et le surpâturage, ayant un effet également sur les niveaux de productivité des entreprises et le revenu familial. La stratégie la plus commune pour améliorer les niveaux de productivité a été de remplacer la végétation naturelle par l'utilisation d'intrants externes . L'intensification écologique est une stratégie visant à accroître la productivité des terres et, en même temps, de réduire les impacts négatifs sur l'environnement et d'accroître les contributions au capital naturel et le flux de services environnementaux . La productivité des pâturages naturels peut être améliorée en modifiant la stratégie de gestion des pâturages. Les scénarios de changement climatique prévoient l'augmentation des précipitations et des températures tout au long de l'année , mais aussi une fréquence plus élevée des sécheresses, perçue comme la plus grande menace pour le pâturage des systèmes d'élevage. Dans cette étude de cas, la résilience peut être adressée à la fois par l'impact des sécheresses sur les composantes socio-économiques et biophysiques du système (par exemple : la productivité des pâturages , le revenu de la famille ) et la vitesse à laquelle les systèmes se remettent de la sécheresse (par exemple : combien de temps , d'argent ou quantité de pluie sont nécessaire pour récupérer la production de fourrage). Cette analyse permettra d'identifier les systèmes de production les plus résistants aux chocs externes, ayant donc une capacité d'adaptation plus élevée et moins de vulnérabilité (Resilience Alliance, 2012). Cette étude vise à explorer les options pour augmenter la productivité des systèmes de pâturages pour l'élevage en exploitations familiales dans les prairies tempérée d'Amérique du Sud tout en améliorant l'adaptation au changement climatique et en réduisant l'impact négatif sur l'environnement. Le projet aura lieu dans trois des pays qui abritent le biome Campos (Argentine , Brésil et Uruguay). Une combinaison entre le diagnostic de la situation actuelle de la ferme et la modélisation des interactions plantes-vaches sera appliquée. La description des systèmes de production actuels avec des données et des enquêtes de fond pertinentes, permettront d'expliquer comment les différentes composantes des systèmes (socio-économique et biophysique ) interagissent, en explorant comment les différentes stratégies auront un effet sur la performance à long terme des systèmes et la conception de nouveaux systèmes de production dans un processus itératif entre les parties prenantes et les étapes du modèle successives. Le projet permettra de relier trois sites d'études en Uruguay, Brésil et Argentine.

  • Titre traduit

    Livestock farming systems on South American native grasslands: When production meets conservation


  • Résumé

    Demand for meat is predicted to grow in the next decades, which implies that productivity must be enhanced. Also, there is widespread concern about the environmental effects of current livestock production systems. South American Campos grasslands comprise more than 500,000 km2 and is very rich in native forage species diversity, giving rise to a heterogeneous structure in space and time, expressed in patches of combination of species. Livestock production in the region relies on this vegetation as the main source of nutrition. Rangelands provide several ecosystem services, threatened in the South American Campos by land use change and overgrazing, also affecting farmer's productivity levels and family income. The most common strategy to enhance productivity levels has been to replace the natural vegetation with use of external inputs. Ecological intensification is a strategy aimed to increase land productivity and, at the same time, reduce the negative environmental impacts and increase the contributions to natural capital and the flow of environmental services. It has been proposed that ameliorate natural rangeland productivity can be improved by changing grazing management strategy. Climate change scenarios predict increasing rainfall and temperatures throughout the year but also higher frequency of droughts, perceived as the biggest threat for grazing livestock systems. In this case study resilience can be addressed by both the impact of droughts on the socio-economic and biophysical components of the system (e.g.: pasture productivity, family income) and the rate at which systems recover from a drought (e.g.: how much time, money or amount of rain is needed to recover the fodder production). This analysis would help to identify which production systems are more resilient to external shocks, therefore having more adaptive capacity and being less vulnerable (Resilience Alliance, 2012). This study aims at exploring options for increasing the productivity of livestock grazing family farming systems in the temperate Pampas of South America and, at the same time, improving their adaptation to climate change, and reducing their negative environmental impact. The project will take place in three of the countries that harbour the Campos biome (Argentina, Brazil and Uruguay). A combination of current on-farm assessment with modelling will be applied. The process implies describing the current farming systems by relevant background data and surveys, explaining how different components of the systems (socioeconomic and biophysical) interact, exploring how different strategies will affect the long-term performance of the systems and designing new production systems in an iterative process between stakeholders and successive model runs. The project will link three projects two will be working in Uruguay, the latter has a regional approach, working also in Argentina and Brazil.