Construire les usages des données ouvertes : une approche par le design science

par Arthur Sarazin

Projet de thèse en Sciences de Gestion

Sous la direction de Carine Dominguez pery et de Khaled Bouabdallah.

Thèses en préparation à l'Université Grenoble Alpes , dans le cadre de École doctorale sciences de gestion , en partenariat avec Centre d'Etudes et de Recherches appliquées à la gestion (laboratoire) depuis le 13-10-2017 .


  • Résumé

    Depuis l'entrée en vigueur de la Loi pour une République numérique en 2016, toutes les collectivités de plus de 3500 habitants ont l'obligation de publier leurs données de manière accessible, gratuitement et dans un format ne nécessitant pas l'utilisation d'un logiciel spécifique. Derrière la loi transparaît la promesse de voir émerger de nouvelles applications, services, informations issues de l'utilisation que le public ferait des données ouvertes. Or, si l'ouverture des données publiques se veut être un facteur qui encourage le développement de nouveaux usages, une telle démarche n'est pas nécessairement un gage de succès. En effet, depuis 2016, très peu d'usages utilisant l'ouverture des données ont vu le jour, à tel point que certains activistes définissent la période actuelle comme celle du “baby blues de l'open data”. Dans ce cadre, l'objet de cette thèse est de construire un dispositif en Système d'Information pour lever les barrières qui freinent la construction des usages. Une approche par le ​design science a été adoptée. Une première phase qualitative a permis de développer un modèle théorique de compréhension des phénomènes à l'œuvre dans la construction des usages des données ouvertes et des barrières socio-technique qui freinent le processus. Une seconde phase de conception a permis de construire le design d'un dispositif en Système d'Information levant ces barrières dit Open Data Canvas. Il s'appuie sur trois théories : la théorie de la construction sociale de la technologie, la théorie de la cognition distribuée et la théorie du middleground. Enfin, une dernière phase dite d'évaluation a permis de comprendre d'interroger les usagers des données ouvertes sur l'utilité perçue de l'Open Data Canvas. Ces trois phases se sont affinées itérativement pour permettre au Canvas de s'intégrer dans le quotidien des usagers des données ouvertes.

  • Titre traduit

    Building new uses out of open data : a design science approach


  • Résumé

    Since the enactement of the Law for a Digital Republic in 2016, all public bodies with more than 3,500 inhabitants are required to publish their data in an accessible manner, free of charge and in a format that does not require the use of a specific software. Behind the law lies the promise of new applications, services and information resulting from the public's use of open data. However, if the opening of public data is intended to be a factor that encourages the development of new uses, such an approach is not necessarily a guarantee of success. Indeed, since 2016, very few uses using open data have emerged, to the point where some activists define the current period as the "open data baby blues". In this context, the purpose of this thesis is to build an Information System device to remove the barriers that hinder the construction of uses. A design science approach has been adopted in this thesis. A first qualitative phase allowed to develop a theoretical model of understanding of the phenomena at work in the construction of the uses of open data and the socio-technical barriers that hinder the process. A second design phase allowed to build the design of an Information System device that removes these barriers called Open Data Canvas. It is based on three theories: the theory of the social construction of technology, the theory of distributed cognition and the middleground theory. Finally, a last phase, called evaluation, enabled us to understand how to question users of open data on the perceived usefulness of the Open Data Canvas. These three phases were refined iteratively to allow the Canvas to be integrated into the daily life of open data users.