Les tribus arabes chrétiennes en Haute-Mésopotamie (VIIe - VIIIe siècles) : entre islam et Eglises syriaques

par Simon Pierre

Projet de thèse en Histoire

Sous la direction de Mathieu Tillier.

Thèses en préparation à Sorbonne université , dans le cadre de École doctorale Mondes anciens et médiévaux (Paris) , en partenariat avec Orient et Méditerranée, textes-Archéologie-Histoire (equipe de recherche) depuis le 13-11-2017 .


  • Résumé

    Les VIIe et VIIIe siècles au Moyen-Orient, comme en Anatolie et dans les Balkans, est une période mystérieuse en raison du manque de textes contemporains préservés. Paradoxalement, cette grande incertitude pourrait sembler compensée par une abondance de récits, majoritairement arabo-musulmans, mais aussi syriaques (l’araméen liturgique dominant au Moyen-Orient), construits à partir de la période abbasside (750), et souvent disponibles dans leur version du IXe siècle. De l’époque protobyzantine (Ve-VIe s.) jusqu’à la fin de l’époque abbasside (Xe siècle) des attestations diverses et nombreuses font état de l’existence de tribus arabes christianisées. Certains groupes sont localisés dans le sud de l’actuel Irak, d’autres en Syrie, mais plusieurs sont plus spécifiquement associées à un espace intermédiaire : la Haute-Mésopotamie. Les noms de ces lignages sont connus aussi bien dans les récits syriaques des églises chrétiennes locales que dans la tradition arabo-musulmane. Il s’agit des Taġlib, des Iyād, des al-Namir, des Tanūḫ (etc…). Ils apparaissent à la fois dans les listes d'évêchés et dans la littérature fiscale et l'exégèse islamique des VIIIe et IXe siècles ; et ils constituent dans les deux cas des exceptions. Cette question nécessite de se pencher sur les quatre déterminants de ces collectifs hybrides et paradoxaux : la tribu, le christianisme, l’arabité et la Haute-Mésopotamie (Jazīra et Mossoul) : Comment définit-on une tribu et comment ont-elles été organisées et systématisées à travers la période des conquêtes du premier Etat conquérant ? De quelle manière ces populations sont-elles entrées dans l’obédience presque exclusive de la métropole syro-orthodoxe de l’Orient (le nord de l’Irak actuel) au VIIe siècle de notre ère ? De quelle manière ces groupes ont-ils été considérés comme arabes et comment le régime omeyyade puis abbasside a-t-il singularisé leur situation ? A quel moment cette catégorisation a-t-elle paru contradictoire avec leur statut de non-musulman ? Comment la Haute-Mésopotamie, réunissant les provinces byzantines occidentales et la nouvelle cité arabo-musulmane de Mossoul, dans l’ancien domaine perse sassanide, s’est-elle fédérée en une seule province ? Quels ont été les rôles de sa composante tribale et de l’église syro-orthodoxe, dans ce processus ?

  • Titre traduit

    The Christian Arab Tribes in Northern Mesopotamia (VIIth - VIIIth CE) : between Islam and the Syriac Churches


  • Pas de résumé disponible.