Quels choix normatifs pour assumer une théorie politique globale du droit des animaux ? Le cas des conflits d'intérêts autour de la viande de brousse dans les pays en développement.

par Samuel Gaudineau

Projet de thèse en Philosophie pratique

Sous la direction de Corine Pelluchon.

Thèses en préparation à Paris Est , dans le cadre de École doctorale Organisations, marchés, institutions , en partenariat avec LIPHA - Laboratoire Interdisciplinaire d'Etude Politique HANNAH ARENDT (laboratoire) depuis le 01-11-2017 .


  • Résumé

    Partant de l'hypothèse méthodologique selon laquelle les prescriptions en faveur de la fin de l'exploitation de différentes espèces animales, donc de la fin de leur abattage, sont objectivables, la thèse se propose d'examiner en détails, et de manière concrète, ce que de tels choix supposent comme démarches politiques supplémentaires pour les assumer. Ainsi, dans des pays en développement n'ayant pas politiquement accès à une forme de gouvernance démocratique, comme au Cameroun, on trouve non seulement des conjonctures économiques dans lesquelles la viande de brousse s'avère rentable et propice à la survie des populations, mais encore une situation politique où l'interdiction du braconnage n'a visiblement pas su se doter assez efficacement des moyens réels de sa mise en place. L'étude de ce que devraient être, aux yeux de la population comme des chercheurs, les politiques de compensation ou de transition suivant l'interdiction du braconnage, pourra éclairer les différents devoirs des pays développés défendant une théorie politique globale du droit des animaux à l'égard des pays en développement dépendant économiquement de celle-ci, ainsi qu'informer les citoyens des pays développés de l'applicabilité plus grande dans leur contexte des prescriptions abolitionnistes.

  • Titre traduit

    Which normative frameworks to choose in order to take a global animal rights theory on ? The case of conflicts of interest about bushmeat in developing countries.


  • Résumé

    Considering as a starting point and a methodological hypothesis that norms regarding the end of the exploitation of several animal species - thus the end of them being slaughtered - can be objectives, this work intend to examinate in details and concrete terms what such normative frameworks imply in order to be taken on, especially in the field of politics : which additionnal political choices does it imply ? Thereby, in developing countries where the project of a democratic government sometimes seems out of reach, such as Cameroon, one can observe not only economic circumstances where bushmeat turns out to be profitable and suitable for the survival of the local population, but also a political situation where the ban of poaching, even if it exists legally, does not have the mean to be really applied. The study of what the politics of transition and/or compensation should be in order to apply such a ban, in the eyes of the population and the researchers, may shed the light upon several duties regarding developed countries towards developing coutries if they truly want their global animal rights theory applied, as developing countries are reliant on animal exploitation and hunting. The study may also inform developed countries about the applicability of abolitionnist prescriptions in their territories, for their context is a much more suitable one regarding the abolition.