Les DCP sont-ils des pièges écologiques pour les thons ?

par Géraldine Perez

Projet de thèse en Sciences de la Mer

Sous la direction de Laurent Dagorn et de Jean-Louis Deneubourg.

Thèses en préparation à Montpellier , dans le cadre de Biodiversité, Agriculture, Alimentation, Environnement, Terre, Eau (Montpellier ; École Doctorale ; 2015-...) , en partenariat avec MARBEC - Centre pour la Biodiversité Marine, l'Exploitation et la Conservation (laboratoire) depuis le 01-11-2017 .


  • Résumé

    Depuis des millénaires, les pêcheurs ont connaissance que certaines espèces de poissons (en particulier les thons tropicaux) s'associent à des objets flottants à la surface des océans (e.g. billes de bois), bien que les déterminismes de ce comportement associatif restent inconnus. Depuis environ 3 décennies, les thoniers senneurs tropicaux (flottilles industrielles) exploitent ce comportement associatif pour faciliter leurs recherche et capture de poissons, en déployant des milliers d'objets flottants (appelés Dispositifs de Concentration de Poissons ou DCP). Pourtant, les interactions entre les populations de thons, les DCP et l'environnement restent très mal connu, de même que leur conséquences en terme d'exploitation et de conservation, posant ainsi la question de la durabilité de cette pratique. L'une des principales préoccupations repose sur la possibilité que les DCP puissent être un piège écologique pour les thons tropicaux. Le concept théorique de piège écologique (Schlaepfer et al. 2002, Battin 2004) décrit des situations dans lesquelles les animaux, piégés par leurs réponses évolutives à certains signaux de l'environnement, s'établissent dans des habitats de faibles qualités au détriment d'autres sites potentiellement disponibles et de meilleures qualités, engendrant ainsi une diminution de la fitness. Cette hypothèse a été avancée pour les thons et les DCP au début des années 2000. Le cadre de cette thèse est d'étudier si les DCP représentent des pièges écologiques pour les thons tropicaux. L'objectif est d'étudier les effets du nombre d'objets flottants sur l'écologie des thons tropicaux et sur leur exploitation, afin de pouvoir proposer des plans de gestion du nombre de ces DCP, garantissant ainsi la durabilité de cette pêcherie. Trois hypothèses principales seront testées : - La distance entre DCP détermine la connectivité entre DCP d'un même réseau et le temps de résidence des thons dans ce réseau. - La richesse d'une zone (e.g. production primaire) détermine le temps de résidence des thons dans un réseau de DCP (à densité de DCP fixe). - Lorsque le changement d'habitat induit par l'ajout de nouveaux objets flottants est trop grand, l'environnement joue un rôle mineur sur la rétention des thons tropicaux Cette thèse exploitera des données déjà collectées (marquage électronique, bouées écho-sondeur, données de pêche et d'environnement), et s'appuiera sur des méthodes de modélisation des systèmes complexes. L'océan Indien, dans lequel on trouve à la fois un fort usage des DCP dérivants par les thoniers senneurs et des pays insulaires exploitant des DCP ancrés, représente le principal chantier de la thèse.

  • Titre traduit

    Are FAD an ecologic trap for tunas?


  • Résumé

    Since thousand years, fishermen know that several fish species (in particular tropical tuna) gather around floating objects at the surface of the oceans (e.g. logs). The reasons of this associative behavior remain unknown. The associative behavior of tropical tuna is exploited by the industrial purse-seine fisheries where, since almost three decades, the fishermen deploy man-made floating objects (call Fish Aggregating Devices or FADs) to increase their chances to find and catch tuna. The deployment of thousands of FADs conducted by this fishery raises questions on the durability of this activity. The interactions between tuna populations, FADs and the environment are still poorly known, as well as their consequences in terms of exploitation and conservation. One of the main sources of concern is related the possibility that FADs constitute an ecological trap for tropical tuna. The theoretical concept of the ecological trap describe situations in which animals are trapped by their evolutionary responses to certain environmental signals and settle in habitats of poor qualities to the detriment of other zones potentially available and with better qualities. This behavioral response leads to a decrease in the fitness. This hypothesis was developed for the tuna and the FAD in the early 2000s. The framework of this PhD thesis is to study if FADs represent an ecological trap for tropical tuna. The main goal is to study the effects of the number of floating object on the ecology of tropical tunas, in order to propose FAD management plans that ensure the sustainability of this fishery. Three main hypotheses will be tested : - The distance between FADs determines the connectivity between FADs of the same array and the residence time of tuna in this array. - The environmental richness (eg : primary productivity) of a zone affects the residence times of tunas in an array of FADs (at constant FAD density). - When the changes in habitat due to the addition of new floating objects are very large, the environment plays a minor role in the retention of tropical tuna. This PhD thesis will exploit different datasets that have already been collected (electronic tagging, echo-sounder buoys, fishery data, environmental data) and will rely on the modeling of complex system. This study will mainly focus in the Indian Ocean, where on one side the purse seiners highly exploit drifting FADs and on the other side waterside developing countries exploit anchored FADs.