Voie IL-33/amphiréguline dans la physiopathologie de l'infection par le VIH : potentielle cible thérapeutique ?

par Mubashira Tariq (Ahmed)

Projet de thèse en Biologie cellulaire et moléculaire

Sous la direction de Sophie Hue.

Thèses en préparation à Paris Est , dans le cadre de SVS - Sciences de la Vie et de la Santé , en partenariat avec IMRB - Institut Mondor de Recherche Biomédicale (laboratoire) et de Eq 16 - Physiopathologie et immunothérapies dans l'infection VIH (equipe de recherche) depuis le 04-09-2017 .


  • Résumé

    Contexte: Perte massive de lamina propria CD4 + Les cellules T, changements dans l'architecture lymphatique et une barrière épithéliale intestinale altérée menant à une translocation microbienne sont les caractéristiques communes de l'infection à VIH-1 , et lequel ne sont pas complètement restaurés sous thérapie antirétrovirale combinée (cART). SST2 , le récepteur leurre pour l'IL-33 est un marqueur indépendant de la mortalité toutes causes confondues Infection par le VIH . Cette augmentation suggère une libération de le alarmin, IL-33 , des dommages intestinaux. L'IL-33 induit la prolifération d'un récemment découvert population de cellules T régulatrices, le tissu Tregs , cette Tregs , lequel exprimer des quantités plus élevées de ST2 par rapport aux autres sous-ensembles de cellules T . Celles-ci tissu Tregs fonction par libération d'amphiréguline (AREG) , provoquant une immunosuppression et une réparation tissulaire. Dans ce projet , nous allons tester l'hypothèse , cette sST2 + / Treg celles-ci Tregs dans les tissus muqueux de patients infectés par le VIH contribuent à la fibrose locale et à la modulation des fonctions des cellules T effectrices contre le VIH , qui repose sur le rôle de l'IL-33 induisant une grande quantité d'amphiréguline sur par ces cellules. Les méthodes : Lymphocytes lamina propria (LPL) ont été isolés à partir des frais d'amples biopsie rectale d'une cohorte de patients séropositifs au VIH panier et les patients séronégatifs. C isation de haracter de tissu Treg et lymphocytes T CD8 + dans la LPL isolé est effectué par analyse cytométrique en flux. L'ARNm est extrait de biopsies rectales pour la qR T-PCR pour la détection de AREG, IL-33 et , TGF- β b et récepteur de l'EGF . Les analyses immunohistochimiques sont effectué pour la détection de l'IL-33 et , ST2 et récepteur de l'EGF sur des sections de biopsies rectales . Réponse des lymphocytes T spécifiques du VIH est évalué par ELIspot. Résultats : le Tissu tissu Tregs étaient caractérisé phénotypiquement par défini comme CD3 + CD4 + CD25 salut CD127 bas Foxp3 + IL-18Ra + IL-10 l o faible w Les cellules T . Le F F réquence des Tregs de tissus est était plus élevé chez les sujets VIH + sous TARV par opposition par rapport aux contrôles du VIH. En outre, ces Tissu tissu Les Tregs étaient faiblement représentés dans le sang périphérique des sujets VIH + ou VIH. Résultats de q RT- q La PCR a montré une corrélation positive significative entre l'expression IL-33 et AREG (P = 0,0248) et une corrélation négative significative entre I L-33 et TGF- β b (P = 0,0028). Les résultats préliminaires d'IHC de coupes de tissu rectal ont révélé l' expression de la protéine IL-33 . La majorité des lymphocytes T CD8 + dans l'intestin de patients VIH + présentaient un phénotype de mémoire effectrice avec réduction des compartiments naïf et différencié. Majorité du CD8 + Les cellules T dans l'intestin exprimaient PD-1 et une proportion plus élevée de CD38 + DR - par rapport au sang des mêmes patients. Les analyses fonctionnelles ont révélé un biais en faveur de la libération de cytokines plutôt que de la cytotoxicité. Conclusion : Nos résultats suggèrent que Les patients HIV infecté avec le VIH chronique les patients sur cART ont montré avoir afficher ed une fréquence plus élevée de t T émettre Tregs lié à une expression plus élevée de l'ARNm de l'IL-33 . T Ces patients présentaient également une expression élevée d'IL-33 dans l'ARNm, corrélée positivement avec le Niveaux AREG élevés. Les lymphocytes T CD8 de ces patients présentaient un phénotype exhaustif et présentaient un dysfonctionnement de leurs fonctions cytotoxiques. Par ces résultats nous viser à souligner le Les prochaines étapes détermineront l'importance de cet axe dans l'intestin dans le VIH chronique et comment il si cet axe peut être modulé A l'avenir , en utilisant EGF R (Récepteur AREG) antagonistes pour diminuer la fibrose et soulager la suppression des cellules T CD8.

  • Titre traduit

    Role of IL-33/amphiregulin in the physiopathology of HIV infection: potential therapeutic target


  • Résumé

    Background: Massive loss of lamina propria CD4+T cells, and altered intestinal epithelial barrier leading to microbial translocation are the common features of HIV-1 infection, which are not fully restored under combined antiretroviral therapy (cART). sST2, the decoy receptor for IL-33 is an independent marker of all-cause mortality in HIV infection. This increase suggests a release of the alarmin, IL-33, from gut damage. IL-33 induces the proliferation of a population of T regulatory cells, the Tissue Tregs, which function by release of amphiregulin (AREG), causing immunosuppression and tissue repair. In this project, we will test the hypothesis, that these Tregs in mucosal tissues of HIV infected patients contribute to local fibrosis and down modulation of effector T cell functions against HIV, which relies on the role of IL-33 inducing high amount of amphiregulin by these cells. Methods: Lamina Propria lymphocytes (LPL) were isolated from fresh rectal biopsy samples from a cohort of HIV positive patients on cART and HIV seronegative patients. Characterisation of tissue Tregs and CD8+ T cells in the isolated LPL is done by flow cytometric analyses. The mRNA is extracted from rectal biopsies for qRT-PCR for detection of AREG, IL-33 and TGF-β. Immunohistochemical analyses are carried out for detection of IL-33 and ST2 on sections of rectal biopsies. Results: The tissue Tregs were defined as CD3+CD4+ CD25hi CD127low Foxp3+ IL-18Ra+ IL-10low T cells. The frequency of Tissue Tregs was higher in HIV+ subjects on cART compared to HIV- controls. In addition, these tissue Tregs were poorly represented in the peripheral blood of HIV+ or HIV- subjects. Results from RT-qPCR, showed significant positive correlation between IL-33 and AREG expression (P=0.0248) and a significant negative correlation between IL-33 and TGF-β (P=0.0028). Preliminary results from IHC of rectal tissue sections revealed IL-33 protein expression. Majority of the CD8+ T cells in the gut of HIV+ patients displayed an effector memory phenotype with reduction in the naïve and terminally differentiated compartments. Majority of the CD8+ T cells in the gut expressed PD-1 and a higher proportion of CD38+ DR- compared to the blood from the same patients. Functional analyses revealed a bias towards cytokine release rather than cytotoxicity. Conclusion: Our results suggest that HIV infected patients on cART display a higher frequency of tissue Tregs linked to a higher expression of IL-33 mRNA expression. The CD8 T cells from these patients had an exhaustive phenotype and showed dysfunction with regard to their cytotoxic functions. Next steps will determine whether this axis can be modulated, by using EGFR (AREG receptor) antagonists to decrease fibrosis and relieve the suppression on CD8 T cells.