Payer les « terroristes » ? Le dilemme des otages

par Etienne Dignat

Projet de thèse en Science politique, mention Théorie politique

Sous la direction de Ariel Colonomos et de Michael Ignatieff.

Thèses en préparation à Paris, Institut d'études politiques , dans le cadre de École doctorale de Sciences Po (Paris) depuis le 01-10-2017 .


  • Résumé

    Enlever un otage consiste à s’emparer d’un individu afin d’exercer une pression sur un tiers et obtenir une contrepartie. Cette pratique, assimilable à un chantage, engendre un choix tragique — Payer, quitte à engendrer des effets néfastes sur le long terme, ou rester ferme, quitte à laisser mourir l’un des siens ? — auquel sont contraints de répondre les États, les employeurs et les proches concernés. Sa puissance est telle qu’elle est devenue au cours des dernières décennies l’un des leviers privilégiés par les organisations terroristes, donnant lieu à des drames retentissants. Cette thèse interdisciplinaire porte précisément sur les enjeux philosophiques et pratiques de ce qui est communément appelé le « dilemme des otages », en s’intéressant prioritairement aux réponses apportées par les États de droit. Elle vise, d’une part, à rassembler les connaissances sur ce phénomène récurrent. Au travers des outils d’une théorie politique « pragmatique », ladite recherche s’appuie sur les récentes réflexions d’universitaires et données d’experts, puise dans de nombreux cas d’études et repose sur un travail de terrain réalisé dans sept pays (Colombie, Équateur, États-Unis, France, Israël, Royaume-Uni, Turquie) auprès de membres des services de renseignements, de militaires, de négociateurs, d’intermédiaires, de diplomates, d’hommes politiques, de consultants en gestion de crise, d’assureurs, d’universitaires ou encore d’ex-otages et de leurs familles. Elle ambitionne, d’autre part, d’aborder ces enjeux de façon novatrice. Par le biais d’une perspective dialectique, la thèse identifie et examine sous un regard critique trois modèles — l’approche « solidaire », l’approche « sacrificielle », l’approche « responsabilisante » — qui sont aussi trois façons de penser la négociation, de concevoir l’équilibre entre les droits des individus et les intérêts régaliens, de valoriser la vie humaine et d’envisager l’exercice de la souveraineté. Ce faisant, elle contribue à critiquer les ressorts des usages actuels et à explorer les alternatives les plus prometteuses, celles d’une éthique remaniée du moindre mal centrée sur la réduction du montant des rançons, la diminution de l’attention accordée aux ravisseurs, l’accroissement de la vigilance des acteurs et l’amélioration de la coordination sur le plan national comme international.

  • Titre traduit

    Dealing with ‘Terrorists’? The Hostage Dilemma


  • Résumé

    Taking a hostage involves using an individual as a bargaining chip to exert pressure on a third party. For the targeted States, firms and individuals, it generates a tragic trade-off between granting ransoms and remaining firm in the face of blackmail. Its coercive power is such that it has become one of the levers favored by terrorist organizations in the last decades. This interdisciplinary thesis focuses on the philosophical and practical features of this so-called “hostage dilemma”. On the one hand, it aims to gather knowledge on terrorist abductions. In line with a “pragmatic” political theory, it rests on recent academic articles, experts’ data, case studies, and interviews conducted in seven countries (Colombia, Ecuador, France, Israel, Turkey, the United Kingdom, and the United States) with politicians, members of the intelligence services, hostages, hostage negotiators, diplomats, intermediaries, experts, journalists and academics to better understand this growing phenomenon. On the other hand, it aims to address the hostage dilemma in an unprecedented manner. Following a "dialectical" perspective, this thesis identifies and critically tackles three types of response from western governments (solidaristic, sacrificial, responsabilizing) which are actually three ways of negotiating, balancing the rights of individuals and the states’ interests and valuing human life. Overall, this thesis helps reconsider what the responsibilities of a modern state toward its citizens retained abroad should be, provides grounds for a critique of current practices and explores the most promising avenues for challenging kidnappings.