Rôle des facteurs anthropométriques et métaboliques dans la survenue du cancer de la prostate

par Céline Lavalette

Projet de thèse en Santé publique - épidémiologie

Sous la direction de Florence Menegaux.

Thèses en préparation à Paris Saclay , dans le cadre de Santé Publique , en partenariat avec Centre de recherche en Epidemiologie et Santé des Populations Equipe 5 (laboratoire) , Cancer et environnement (Epidémiologie des Cancers, Gènes et Environnement) (equipe de recherche) et de Université Paris-Sud (établissement de préparation de la thèse) depuis le 01-11-2017 .


  • Résumé

    L'obésité est fortement suspectée de jouer un rôle dans la survenue des cancers (Boeing 2013 ; Esposito et al. 2013). Les associations avec l'obésité sont plus établies pour certains cancers, notamment pour le cancer du sein où l'obésité est associée négativement au cancer du sein en pré-ménopause et associée positivement au cancer du sein en post-ménopause. En revanche, le lien entre obésité et cancer de la prostate reste encore très débattu. Une des hypothèses biologiques envisagée pour tenter d'expliquer ces associations serait une inflammation chronique de bas grade engendrée par l'obésité (Hursting 2012). En effet, on sait maintenant depuis une dizaine d'année que l'inflammation chronique joue un rôle dans la survenue de nombreux cancers et est fortement suspectée pour d'autres, notamment le cancer de la prostate (Balkwill et Mantovani 2001 ; Coussens et Werb 2002 ; De Marzo et al. 2007).

  • Titre traduit

    Anthropometric and metabolic factors and prostate cancer risk


  • Résumé

    Obesity is strongly suspected to play a role in the occurrence of cancers (Boeing 2013, Esposito et al., 2013). Associations with obesity are more established for some cancers, especially for breast cancer where obesity is negatively associated with pre-menopausal breast cancer and positively associated with postmenopausal breast cancer. On the other hand, the link between obesity and prostate cancer is still very much debated. One of the biological hypotheses envisaged to try to explain these associations would be a chronic low grade inflammation caused by obesity (Hursting 2012). It is now known that chronic inflammation plays a role in the occurrence of many cancers and is strongly suspected for others, including prostate cancer (Balkwill and Mantovani 2001, Coussens and Werb 2002).