Optimisation de la prise en charge thérapeutique des patients avec une maladie rénale chronique : étude de pharmaco-épidémiologie dans la cohorte CKD REIN

par Solène Laville

Projet de thèse en Santé publique - épidémiologie

Sous la direction de Ziad Massy et de Sophie Liabeuf.

Thèses en préparation à Paris Saclay , dans le cadre de École doctorale Santé Publique (2015-.... ; Kremlin-Bicêtre, Val-de-Marne) , en partenariat avec CESP - Centre de recherche en Epidemiologie et Santé des Populations (laboratoire) , Rein et coeur (Epidémiologie et recherches translationnelles dans les maladies rénale et cardiovasculaire) (equipe de recherche) et de Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (établissement de préparation de la thèse) depuis le 01-10-2017 .


  • Résumé

    La maladie rénale chronique (MRC) touche entre 8 et 15 % de la population adulte mondiale et jusqu'à un tiers des personnes âgées (De Nicolas. 2016). Par rapport à la population normorénale, les patients avec une MRC présentent un risque majoré d'hospitalisation, d'effets indésirables médicamenteux et de mortalité (Liabeuf, 2017 ; Pierson Marchandise, 2016 ; Limdi, 2013). Les données des résumés des caractéristiques des produits relatifs aux médicaments sont limitées chez les patients ayant une fonction rénale altérée, car cette population est exclue de la grande majorité des essais thérapeutiques. La MRC entraine une modification de la pharmacocinétique d'un grand nombre de médicaments nécessitant des contre-indications et des adaptations de posologie à la fonction rénale. Les études relatives aux prescriptions inappropriées à la fonction rénale ne sont pas spécifiques aux malades avec une MRC, elles portent majoritairement sur des patients âgés (Breton, 2011 ; Becquemont, 2016). De plus, les conséquences cliniques d'une utilisation de médicaments inappropriés à la fonction rénale en matière d'hospitalisations, de progression vers l'insuffisance terminale et de mortalité n'ont jamais été étudiées. À ce jour, aucune étude pharmaco épidémiologique n'a encore été conduite pour évaluer chez les patients avec une MRC le poids des prescriptions médicales contre indiquées ou inadaptées à la fonction rénale. L'hypothèse de notre travail est que la population avec une MRC est exposée à un risque important de prescriptions médicales contre-indiquées ou inadaptées à la fonction rénale. Ces prescriptions erronées conduisent à un risque d'hospitalisation et de mortalité majoré dont une large part pourrait être évitée.

  • Titre traduit

    Optimisation of therapeutic care in patients with chronic kidney disease : Pharmcoepidemiology study in CKD REIN cohort


  • Résumé

    Chronic kidney disease (CKD) affects between 8 and 15% of the world's adult population and up to one third of the elderly (De Nicolas, 2016). Compared with the normorenal population, CKD patients are at increased risk for hospitalization, adverse drug reactions and morrtality (Liabeuf, 2017, Pierson Marchandise, 2016, Limdi, 2013). Information in drug product characteristics summaries are limited for patients with impaired renal function as this population is excluded from the vast majority of clinical trials. CKD leads to a change in the pharmacokinetics of a large number of drugs that provoque contraindications and dose adjustments to renal function in these patients. Studies of inappropriate prescriptions for renal function are not specific to CKD patients, they mainly concern elderly patients (Breton, 2011; Becquemont, 2016). In addition, the clinical consequences of inappropriate use of renal medications in hospitalizations, progression to tend stage renal disease and mortality have never been studied.  To date, no pharmaco epidemiology studies have been carried to evaluate the burden of medical prescriptions contraindicated or overdosed for renal function in CKD patients. The hypothesis is that the CKD population is exposed to a significant risk of medical prescriptions contraindicated or inadequately prescribed according to the renal function. These erroneous prescriptions lead to a risk of hospitalization and increased mortality, a large part of which could be avoided.