De l’Homme métaphysique dans l’oeuvre de ‘Abd al-Karîm al-Jîlî (m. 826/1423)

par Ahmad Kane-Mbaye (Mbaye)

Thèse de doctorat en Etudes méditerranéennes et orientales

Sous la direction de Éric Geoffroy.

Thèses en préparation à Strasbourg , dans le cadre de École doctorale Humanités (Strasbourg ; 2009-....) depuis le 16-10-2017 .


  • Résumé

    Dans cette recherche, nous examinons la notion d’Homme métaphysique (al-insān al-kāmil) telle que formulée à travers l’œuvre du soufi et métaphysicien 'Abd al-Karīm al-Ğīlī (m. 811/1409). Il nous est apparu que ce dernier, dans tout ce qu’il offre comme richesse à la pensée soufie, n’a pas bénéficié d’un intérêt, en termes de travaux universitaires en langue française, à la hauteur de son importance. Ensuite, les rares études universitaires consacrées à « l’Homme accompli » ne le mentionnent que d’une manière secondaire, le reléguant au rang de simple disciple d’Ibn Arabi ou de vulgarisateur de sa philosophie. Ce qui nous semble réducteur et simpliste à bien des égards. Partant d’une analyse articulant l’ensemble de son œuvre (une trentaine d’ouvrages), et en adoptant une démarche contrastive avec les thèses de ses prédécesseurs, notre objectif est de démontrer que, même si les enseignements des précurseurs en la question ont trouvé écho chez lui, al-Ğīlī n’en demeure cependant pas moins celui par qui la notion fut systématisée, théorisée et conduite à la maturité que nous lui connaissons actuellement. Son approche est plus articulée et sa dialectique plus formelle. Il présente ainsi l’Homme métaphysique comme le microcosme synthèse de l’existence, le sens du cosmos (al-kawn) et l’isthme (al-barzaḫ) qui unifie les frontières entre créateur (al-ḥaqq) et créature (al-ḫalq). La démonstration de son statut au sein des existants ainsi que la fonction d’être archétypal qu’il occupe passe par trois notions explicatives que sont : l’unité de l’existence (waḥdat al-wuğūd), la théophanie (al-tağallī) et la Réalité muhammadienne (al-ḥaqīqa al-muḥammadiyya). Ces trois notions constituent, de ce fait, la trame de cette thèse.


  • Résumé

    In this research, we examine the notion of Metaphysical Man (al-insān al-kāmil) as formulated through the work of the Sufi and philosopher Abd al-Karīm al-Ğīlī (m. 811/1409). It appeared to us that the latter, in everything that he offers as a richness to the Sufi thought, has not benefited from an interest, in terms of academic works in French language, commensurate with his importance. Secondly, the rare university studies dedicated to the "accomplished Man" only mention him in a secondary way, relegating him to the rank of a simple disciple of Ibn Arabi or a popularizer of his philosophy. This seems reductive and simplistic in many ways. Starting from an analysis articulating the whole of his work (about thirty works), and adopting a contrastive approach with the theses of his predecessors, our objective is to demonstrate that, even if the teachings of the precursors in the matter found an echo in him, al-Ğīlī nevertheless remains the one by whom the notion was systematized, theorized and brought to the maturity we know today. His approach is more articulate and his dialectic more formal. He thus presents the metaphysical Man as the synthesizing microcosm of existence, the meaning of the cosmos (al-kawn) and the isthmus (al-barzaḫ) which unifies the boundaries between creator (al-ḥaqq) and creature (al-ḫalq). The demonstration of its status within the existing ones as well as the function of archetypal being that it occupies is based on three explanatory notions : the unity of existence (waḥdat al-wuğūd), the epiphany (al-tağallī) and the Muhammadian reality (al-ḥaqīqa al-muḥammadiyya). This triptych thus constitutes the framework of this thesis.


  • Pas de résumé disponible.