Connaître la nature pour mieux la protéger ? Evolution des modalités d'action publique de gestion et de protection de la nature depuis les années 1970

par Pierre Chasse

Projet de thèse en Sciences de l'environnement

Sous la direction de Nathalie Frascaria lacoste et de Cécile Blatrix.

Thèses en préparation à université Paris-Saclay , dans le cadre de École doctorale Agriculture, Alimentation, Biologie, Environnement, Santé , en partenariat avec Écologie, systématique et évolution (Orsay, Essonne ; 2002-....) (laboratoire) , Trajectoires EcologiqueS et Société (equipe de recherche) et de AgroParisTech (référent) depuis le 01-09-2017 .


  • Résumé

    La thèse porte sur l'émergence de la protection de la nature comme problème public et la manière dont la biodiversité a modifié notre rapport à la nature et à sa gestion à travers l'analyse du changement de l'action publique en ce qui concerne la protection de la faune, de la flore et des milieux naturels. La question du "changement" et par extension la capacité d'agir sur la société est une notion centrale en sciences politiques. Or, si le changement est bien souvent mis en avant dans les discours, la mesure de celui-ci est plus complexe et peut concerner différentes dimensions (symbolique, instrumentale, discursive...). Mieux comprendre les conditions préalables à un changement, son intensité ou encore ses modalités, peut permettre de mieux comprendre comment appréhender les problèmes contemporains, et notamment les problèmes environnementaux. A l'aide d'un plan en trois parties portant sur trois étapes de la décision publique, l'élaboration, la mise en oeuvre et l'évaluation, cette thèse propose de suivre les modalités d'intégrations du savoir scientifique dans l'action publique et son évolution. Pour ce faire, le travail de terrain accordera une attention particulière au Conseil National de la Protection de la Nature (CNPN), institution créée en 1946 et qui permet d'aborder l'évolution de l'expertise et de la gouvernance de certains instruments de protection de la nature particuliers. Le CNPN est en effet chargé depuis sa création d'une mission de conseil et d'expertise concernant les parcs nationaux et les réserves naturelles. Sa composition variées (scientifiques, administration, parties prenantes...) en fait un bon objet d'étude des relations entre la science et les politiques publiques. Enfin, ses missions ont évolué au cours du temps pour satisfaire l'émergence de nouveaux instruments, comme les listes d'espèces protégées par exemple. L'étude de l'élaboration législative porte principalement sur la loi de protection de la nature de 1976, la transposition de la directive Habitats, à partir de 1992, et l'élaboration de la loi pour la reconquête de la biodiversité. L'étude des évolutions concernant la mise en oeuvre des instruments d'action publique est centrée sur la mise en oeuvre des réserves naturelles durant trois périodes spécifiques (1976-1992 ; 1992-2008 ; 2008 - aujourd'hui). Enfin, l'évolution de la procédure d' "évaluation" est analysée dans un double sens, à la fois d'évaluation de la politique publique, à travers l'analyse des rapports sur l'état de l'environnement depuis les années 1970, mais aussi d'évaluation des impacts sur la biodiversité dans le cadre d'une analyse du processus de l'évaluation environnementale. A l'aide de ces cas d'étude, la thèse vise à mieux comprendre les véritables changements dans l'action publique induits par l'émergence de la biodiversité dans le secteur de la protection de la nature.

  • Titre traduit

    Knowing nature to better protect it? The evolution of public policies for managing and protecting nature since 1970s.


  • Résumé

    This thesis focuses on the emergence of nature protection as a public problem and how the concept of "biodiversity" modified our relationship with "nature" and its management through the analysis of the change of the public action about the protection of fauna, the flora and the natural environments. The question of "change" and by extension the ability to influence society is a central notion in political science. However, while change is often highlighted in speeches, its measurement is more complex and can involve different dimensions (symbolic, instrumental, discursive...). A better understanding of the conditions for change, its intensity and its modalities, can lead to a better understanding of how to deal with contemporary problems, including environmental problems. With the help of a three-part plan covering three stages of public decision-making, elaboration, implementation and evaluation, this thesis proposes to understand the way scientific knowledge is integrated into the nature protection policies and follow its evolution. To this end, the fieldwork will pay particular attention to the Conseil National de la Protection de la Nature (CNPN), an institution created in 1946. Such institution makes it possible to address the evolution of expertise and governance of specific nature protection instruments. Since its creation, the CNPN has been responsible for providing advice and expertise on national parks and national nature reserves. Its varied composition (scientists, administration, stakeholders, etc.) makes it a good subject for studying relations between science and policy. Finally, its missions have evolved over time to meet the emergence of new instruments, such as lists of protected species for example. The study of legislative development mainly focuses on the Law on Nature Protection of 1976, the transposition of the Habitats Directive of 1992, and the development of the law for the "reconquête de la biodiversité" of 2016. The study of the evolution concerning the implementation of policy instruments focuses on the implementation of national nature reserves during three specific periods (1976-1992; 1992-2008; 2008 - present). Finally, the evolution of the "assessment" procedure is analysed in a two-way direction: in terms of public policy assessment, through the analysis of reports on the state of the environment since the 1970s, but also in terms of biodiversity impact assessment as part of an analysis of the environmental assessment process. Using these case studies, the thesis aims to better understand the real changes in public action induced by the emergence of biodiversity in the nature protection sector.