Pour une modélisation linguistique de la notion de radicalisation

par Manon Pengam

Projet de thèse en Sciences du langage

Sous la direction de Agata Jackiewicz.

Thèses en préparation à Montpellier 3 , dans le cadre de Langues, Littératures, Cultures, Civilisations , en partenariat avec Praxiling (laboratoire) depuis le 01-09-2017 .


  • Résumé

    Cette thèse a pour objectif d'élaborer et de formaliser une démarche d'analyse de la notion de radicalisation, par l'étude linguistique (i) de discours de l'expérience radicale, (ii) de discours du travail social, (iii) de discours institutionnels et politiques. A travers l'étude de discours multi-situés, nous mettons en place une méthodologie reproductible d'analyse des notions sociopolitiques pluridimensionnelles et évolutives. Si la linguistique dispose aujourd'hui d'outils permettant d'éclairer le sens et les usages des notions complexes et composites, grâce notamment à l'étude contextualisée de leurs profils sémantiques et des procédés discursifs qui les actualisent, force est de constater que ses méthodes sont encore insuffisamment connues et mobilisées par d'autres sciences humaines et sociales. En articulant de manière originale différents outils conceptuels (tels que les relations statiques, la quasi-topologie, la causalité, les émotions), on rend compte, par une analyse textométrique sur grand corpus et une analyse linguistique fine, des dynamiques (étapes et frontières) du processus de radicalisation, des mécanismes causaux et des processus subjectifs qui déterminent les trajectoires de l'engagement et du désengagement radical. Ce travail constitue un apport méthodologique inédit (i) aux disciplines comme la sociologie et les sciences politiques dont l'objet est de décrire et de modéliser la notion de radicalisation, (ii) aux professionnels comme les éducateurs spécialisés susceptibles de prendre en charge des personnes engagées dans un processus radical. La thèse donnera lieu, in fine, à un guide synthétique de la matérialité linguistique des processus de radicalisation.

  • Titre traduit

    For a linguistic modelling of the notion of radicalization


  • Résumé

    The aim of this thesis is to develop and to formalize an analytic approach of the notion of radicalization, by the linguistic study (i) of the radical experience discourse, (ii) of the social work, discourse (iii) of the institutional and political discourse. Through the study of multi-placed discourses, we set up an analytic reproducible methodology of the sociopolitical multidimensional and evolutionary concepts. If linguistics is currently equipped with the tools for lightening the sense and the uses of the complex and composite concepts, due to the contextualized study of their semantic profiles and discursive processes which update them, we have to admit that his methods are still insufficiently known and mobilized by other humanities and social sciences. Articuling in an original way various conceptual tools (such as the static relations, the quasi-topology, the causality, the feelings), we report, by a textometric analysis on big corpus and a fine linguistic analysis, dynamics (stages and borders) of the process of radicalization, causal mechanisms and subjective processes which determine the trajectories of the commitment and the radical disengagement. This work is an original methodological contribution (i) in the disciplines as the sociology and the political sciences which aimes at describing and modeling the notion of radicalization, ii) to the professionals as the specialized educators susceptible to take care of the people launched in a radical process. The thesis will give rise to a synthetic guide of the linguistic materiality of the processes of radicalization.