Politiques de la neutralité : théories et pratiques de la diversité à l'épreuve de l'émancipation

par Lila Braunschweig

Projet de thèse en Science politique, mention Théorie politique

Sous la direction de Astrid von Busekist.

Thèses en préparation à Paris, Institut d'études politiques , dans le cadre de École doctorale de Sciences Po (Paris) depuis le 01-10-2017 .


  • Résumé

    Cette thèse porte sur le concept de neutralité en théorie politique. Par neutralité, nous entendons la neutralité de l’État en face des identités et des différences des citoyen·ne·s (religion, genre, sexualité, ethnicité, culture). Nous explorons les occurrences du concept dans les théories du libéralisme et du républicanisme et leurs critiques et alternatives féministes, antiracistes, et multi-culturalistes. Nous analysons également les manifestations dans les pratiques légales et politiques des démocraties constitutionnelles (principalement la France et les États-Unis) et dans les discours et les revendications des mouvements sociaux. Le principal objectif de cette recherche consiste à reconstruire (historiquement et géographiquement) les différentes façons dont le principe de neutralité a été théorisé et appliqué. Le but étant d’identifier les formes de neutralité qui sont émancipatrices et celles qui perpétuent les relations de pouvoir et de domination. Nous souhaitons montrer qu’il y a quelque chose dans l’idée de neutralité (l’intuition que les communautés politiques doivent être neutres en face de la pluralité sociale et culturelle de leurs membres) qui peut être sauvé de ses critiques féministes/antiracistes. Pour cela, nous identifions trois types de neutralité : une neutralité idéale, une neutralité corrective et une neutralité suspensive et évaluons les implications de chacune pour l'émancipation des groupes sociaux marginalisés.

  • Titre traduit

    The politics of neutrality: theories and practices of diversity blindness through the lens of emancipation


  • Résumé

    My dissertation examines the concept of neutrality for normative political theory and the ethics of public policy. By neutrality, I understand the neutrality of the State regarding the identities and differences of its citizens (religion, gender, sexuality, race, or culture). I first explore the various occurrences of the concept in theories of liberalism and republicanism and their feminist, antiracist and multiculturalist critiques and alternatives. I go on to analyze their manifestations in the legal and political practices of constitutional democracies (mainly the United-States and France) and in the discourses and claims of the related social movements. The main point of my research consists in (historically and geographically) reconstructing the different ways in which the principle has been theorized and applied. The aim of this project is to identify the forms of neutrality that are emancipatory and the ones that perpetuate power relations and domination. I aim to show that there is something in the idea of neutrality (the intuition that political communities should be neutral towards the social and cultural plurality of their members) that can be saved from its feminist/antiracist critics. In order to do so, I identify three ideal-types of neutrality: ideal neutrality, corrective neutrality and suspensive neutrality and assess their implications for the emancipation of marginalized social groups.