La fragilité de la philosophie dans les dialogues de Platon

par Anthony Bonnemaison

Projet de thèse en Philosophie

Sous la direction de El-murr Dimitri.

Thèses en préparation à l'Université Paris sciences et lettres , dans le cadre de École doctorale École transdisciplinaire Lettres/Sciences , en partenariat avec Centre Jean PEPIN (laboratoire) et de Ecole normale supérieure (établissement opérateur d'inscription) depuis le 01-09-2017 .


  • Résumé

    Le procès de Socrate et la condamnation à mort du philosophe constituent un élément récurrent et bien connu des dialogues de Platon. Le présent travail a pour tâche de montrer que cet événement historique prend chez Platon les dimensions d'un problème philosophique à part entière engageant sa propre conception du philosopher, et en font une activité particulièrement risquée qui n'a guère d'équivalent dans l'histoire de la philosophie. En particulier, loin de se contenter de distinctions sommaires, Platon rejoue tout au long de sa carrière l'épineuse question de la démarcation du philosophe et du sophiste, laquelle est au cœur de l'accusation de Socrate. S'il soutient que leur démarcation est possible, et même nécessaire, elle n'est peut-être jamais définitivement acquise, et la question demeure ouverte de savoir aux yeux de qui elle peut l'être, ce qui ouvre directement à la problématique politique de la place du philosophe dans la cité.

  • Titre traduit

    The fragility of philosophy in Plato's dialogues


  • Résumé

    References to Socrates's trial are a well-known part of Plato's dialogues. This work tries to demonstrate that this historical event takes in Plato's view a new dimension, and becomes the matrix of a whole reflexion about the intrinsic risks and dangers of philosophy. In particular, it investigates the complexity of the demarcation between the philosopher and the sophist, as well as its political consequences.