Reconsidérer le travail d'archives historiques et coloniales pour l'observation d'une continuité musicale syncrétique et adaptée : le cas des Sérères noon du Sénégal depuis l'aube de la colonisation à nos jours

par Anthony Grégoire

Projet de thèse en Ethnomusicologie

Sous la direction de Denis Laborde et de Bob W. White.

Thèses en préparation à Paris, EHESS en cotutelle avec l'Université de Montréal , dans le cadre de École doctorale de l'École des hautes études en sciences sociales depuis le 09-03-2017 .


  • Résumé

    Cette recherche propose une recension socio-historique des contacts interculturels et du processus d’évangélisation chez les Noons de Thiès (Sénégal) afin d’y retracer la transmutation de symboliques culturelles (Surianu, 1998) depuis l’animisme au catholicisme, jusqu’à un état de vicariance entre les cultures en présence (Berthoz, 2013). Des travaux ont été effectués dans les archives des Spiritains, au Sénégal et à Paris; au Service historique de la Défense, à Vincennes; dans les Archives du Sénégal, à Dakar; et dans les archives de l’Abbaye de Keur Moussa. Des entrevues ont aussi été menées sur le terrain entre mars 2019 et mars 2020, enrichies d’une démarche renouvelée de bi-musicalité selon Mantle Hood (1960), afin de mettre en lumière la perpétuation de symboles identitaires pendant la période coloniale jusqu’à aujourd’hui dans le mbilim, pratique musicale noon au cœur de la recherche. Cette recherche s’inscrit dans un contexte d’acculturation et de syncrétisme au sein d’une population faisant l’objet d’une exclusion systématique de la littérature historique écrite et s’inscrit dans la foulée d’une ethnomusicologie appliquée abordant le musical comme sujet holistique, observable et explicable selon diverses représentations de la communauté, une construction dynamique relevant de la rencontre entre plusieurs cultures dans le temps et se modulant selon l’utilisateur et le contexte d’utilisation (Berlioz et al., 1989). Je propose ainsi de reconsidérer le travail d’archives sur l’histoire et l’expérience coloniale et missionnaire afin de repenser les modèles classiques de syncrétisme et d’acculturation pour comprendre la construction d’une identité culturelle et musicale (ré)actualisée (Wachtel, 1992, 2014) qui puisse permettre à la communauté visée de se projeter dans l’espace politique et socioculturel du Sénégal.


  • Résumé

    This research proposes a socio-historical review of cross-cultural contacts and of the evangelisation process among the Noons of Thiès (Senegal) in order to trace the transmutation of cultural symbolics (Surianu, 1998) from animism to Catholicism up to a state of vicariousness between the cultures in encounter (Berthoz, 2013). Work has been carried out in the archives of the Spiritans, in Senegal and Paris; at the Defense Historical Service, in Vincennes; in the National Archives of Senegal, in Dakar; and in the archives of Keur Moussa Abbey. Interviews were also conducted on the field between March 2019 and March 2020, enriched with a renewed approach of bi-musicality according to Mantle Hood (1960), in order to highlight the perpetuation of identity symbols during the colonial period until today in the mbilim, a musical practice of the Noons at the core of this research which is part of a context of acculturation and syncretism within a population subject to systematic exclusion from written historical literature. This research takes also part of an applied ethnomusicology approaching the musical as holistic subject, observable and explicable according to various representations of the community, a dynamic construction arising from the encounter between several cultures over time and modulating according to the user and the context of use (Berlioz et al., 1989). I thus propose to reconsider the work on the history and the colonial and missionary experience in the archives in order to rethink the classical models of syncretism and acculturation to understand the construction of a (re)actualised cultural and musical identity (Wachtel, 1992, 2014) which can allow the community in question to project itself into the political and socio-cultural space of Senegal.