Partir pour apprendre ? Les circulations et trajectoires spatiales pour études des jeunes Kalaallit

par Marine Duc

Projet de thèse en Geographie

Sous la direction de Béatrice Collignon.

Thèses en préparation à Bordeaux 3 , dans le cadre de Montaigne-Humanités , en partenariat avec UMR Passages (equipe de recherche) depuis le 12-07-2017 .


  • Résumé

    Cette thèse a pour objectif d’étudier les circulations étudiantes des jeunes Kalaallit principalement entre le Groenland et le Danemark. Partant du paradoxe initial d’une jeunesse largement constituée comme « avenir » d’une région connaissant de profondes transformations (socio-économiques, politiques, culturelles, environnementales), il existe cependant un réel décalage entre ces discours et la réalité vécue par ces jeunes, souvent en proie aux difficultés sociales et économiques, en particulier dans les espaces ruraux, qui connaissent des départs massifs vers les villes, au Groenland ou ailleurs. Région de faibles densités, le Groenland dispose d’une offre scolaire et universitaire relativement modeste et peu diversifiée, qui « oblige » les jeunes qui le souhaitent et qui en ont les capacités à partir de leur région d’origine pour faire leurs études. Mais le Groenland expérimente aujourd’hui une certaine « fuite des cerveaux » et un manque d’élites. A partir d’une enquête multi-située réunissant espaces d’accueil et espaces de départ, il s’agira donc d’étudier les spatialités en mouvement de ces jeunes pour identifier les modalités de leurs circulations, en abordant leurs compétences spatiales différenciées, les relations familiales en migration et les productivités socio-spatiales de ces déplacements. Sans s’interdire un terrain autre (notamment l’Icelande et le Canada) la focale sera ici placée sur le couple migratoire Danemark-Groenland en ce qu’il dit quelque chose de la relation de dépendance persistante entre le pays nordique et son ancienne colonie. En croisant les études migratoires et les apports du champ en plein développement de la géographie des jeunes, ce travail propose d’apporter un regard renouvelé sur les spatialités étudiantes mais aussi sur les transformations récentes de l’Arctique. D’abord, parce que le groupe des 16-25 ans est largement sous étudié en comparaison d’autres tranches d’âge au sein de la géographie des jeunes, ensuite parce que les terrains arctiques restent peu abordés au sein de la discipline, et enfin, parce que les travaux en sciences sociales portant sur les jeunesses en Arctique les abordent à ce jour presque exclusivement sous l’angle du mal-être (déviances, violences, addictions, suicides).

  • Titre traduit

    Leaving for studying? Circulations and young Kalaallit spatial trajectories for studies


  • Résumé

    This thesis aims to study the student circulations of young Kalaallit, mainly between Greenland and Denmark. It begins with the initial paradox that the Greenlandic youth is largely built as the « future » of a region under deep changing (social, economic, political, cultural but also environmental), by political discourses, even if they are experimenting a very different reality. Young Kalaallit are quite often living with social difficulties especially in rural spaces. Those spaces are characterized by massive migrations to the cities, in Greenland or abroad. Because Greenland is a low-density region, the educational and academic offer is relatively modest and with small diversification. This penomenon allows the young people who want –and have the competencies for it - to leave their region of birth. But Greenland is experimenting today “brain drain” and a lack of skilled-people. Using a multi-situated survey (gathering welcoming spaces and departure spaces) I will study the moving spatialities of those young people to identify the patterns of their circulations, approaching their differential spatial competencies, familial relationships in migration, and socio-spatial productivities of those movements. Without prohibiting another field (Iceland or Canada),the focus will be placed here, at the migration pair Denmark-Greenland because it says something of the dependence relation between the Nordic country and its former colony. The project falls with the scope of a double trend – youth geographies and migration/mobilites studies. It will bring a new glance on the student spatialities but also on the recent transformations of the Arctic area. First, because the group of 16-25 years old is largely overlooked in comparison with other ages in youth geographies field. Secondly, because the Arctic fields are not well represented in the discipline. Thirdly, because the most part of the works about Arctic youth are approaching the young people with an approach of malaise (deviance, violence, addictions and suicides).