Systèmes aéroportuaires et systèmes territoriaux en mutation : le cas de la France métropolitaine, 1990-2016

par Joséphine Chevalier

Projet de thèse en Géographie

Sous la direction de Pierre Zembri et de Laurent Terral.

Thèses en préparation à Paris Est , dans le cadre de VTT - Ville, Transports et Territoires , en partenariat avec LVMT - Laboratoire Ville Mobilité Transport (laboratoire) depuis le 01-11-2016 .


  • Résumé

    Les aéroports constituent des infrastructures de transport situées à l'interface entre le ciel et les territoires dans lesquels ils s'inscrivent. Or, les deux sphères ont connu des bouleversements majeurs ces quarante dernières années en France métropolitaine. D'un côté, le ciel européen a été libéralisé, constituant une révolution du système de transport aérien. De l'autre, les mutations socio-économiques des territoires ont progressivement dessiné le nouveau portait d'une France qui, hier en plein chantier d'aménagement avec pour mot d'ordre l'égalité des territoires, est devenue une France de plus en plus mobile notamment grâce à l'amélioration des infrastructures de transport, une France de plus en plus touristique, une France où l'attractivité des régions ne rime plus avec localisation des activités productives et où le lien à Paris ne semble plus être aussi central. Ces évolutions ont conduit à rendre nouvellement attractives des régions qui ne l'étaient pas hier tandis que d'autres, au contraire, en sont sorties perdantes. Si le transport aérien en France a constitué un outil au service de l'aménagement du territoire à partir des années 1960 à travers plusieurs dispositifs successifs, ce qu'il en reste, à savoir le soutien aux lignes dites d'aménagement du territoire a à travers le système de liaisons sous obligations de service public (OSP) géré par la Direction Générale de l'Aviation Civile (DGAC), est devenu une exception dans le cadre du ciel européen libéralisé. Par ailleurs, l'aménagement du territoire n'est plus entendu comme il l'était hier. Les territoires ne se conçoivent plus uniquement en fonction de leur lien, notamment économique, avec Paris. Le territoire lui-même devient un facteur de développement et compte sur son attractivité. Pour s'adapter à la libéralisation du transport aérien, l'Etat a organisé la décentralisation aéroportuaire en 2004. Les aéroports ont ainsi connu un renouvellement de leur gouvernance, caractérisé notamment par le transfert de la propriété de 150 aérodromes de l'Etat aux collectivités locales, par le retrait progressif des exploitants historiques, les chambres de commerce et d'industrie, ainsi que par la montée en puissance des opérateurs privés dans le métier de gestionnaire. C'est au regard de ces évolutions plurielles que nous interrogeons les évolutions différenciées des aéroports français : - Alors que l'aménagement du territoire ne s'envisage plus selon les logiques qui présidaient hier, en raison de l'amélioration globale de l'accessibilité et des relations établies entre les régions ne se réduisant plus au lien avec Paris, à quels enjeux répondent-ils aujourd'hui ? - Alors que la libéralisation a dans un premier temps engendré une série d'opportunités à saisir pour les aéroports, comment ces derniers ont-ils tiré parti de cette évolution du transport aérien ? Jusqu'à quel point les caractéristiques socio-économiques des territoires desservis constituent-elles des opportunités pour l'aéroport ? - Quel rôle les acteurs locaux ont-ils joué dans l'évolution des fonctions des aéroports ? Jusqu'à quel point ont-ils intégré l'aéroport au territoire et influencé l'évolution des fonctions alors que le rapport de force, dans un marché libéralisé, semble être à l'avantage des compagnies aériennes ?

  • Titre traduit

    The evolving airport and territorial systems : the metropolitan French case, 1990-2016


  • Résumé

    Airports represent transport infrastructure between the sky and the territories where they operate. Yet, both have been a lot transformed in the last forty years in metropolitan France. On the one hand, The European sky was liberalized, meaning a revolution in the air transport system. On the other hand, socio-economic changes in territories portrayed France becoming more and more mobile, touristic, whose link with Paris doesn't seem to be as central. These evolutions have made newly attractive regions while others, on the contrary, have lost. If air transport represented a tool for the territorial planning from the 1960's through successive facilities, all that remains of it, namely the Public Service Obligation (PSO) system managed by the DGAC (French Civil Aviation Authority), has become an exception in the context of the Single European Sky. Besides, the territorial planning is no longer conceived as it was yesterday. The territories consider themselves as a development factor, seeking to increase their attractivity. In order to adapt to the Single European Sky, the French State set up airport decentralization in 2004. This led to a renewal of the airport governance characterized by the transfer of ownership of 150 airports from the State to local authorities, by the gradual withdrawal of historical operators – the CCI (Chambers of Commerce and Industry) – and by the rise of the private operators in the area of airport management. Regarding these plural changes, we question the differentiated evolutions of the French airports: - While the territorial planning is no longer considered according to the logic that prevailed yesterday, because of the overall improvement in accessibility and relations between territories no longer being reduced to links with Paris, what are the issues the airports are meeting today? - While liberalization has initially created a series of opportunities for airports, how have they benefited from this evolution of air transport in the long run? To what extent are the socio-economic characteristic of the territories served as opportunities for the airport? - What is the role of the local players in the evolution of the airport functions? To what extent have they integrated the airport into the territory and influenced the evolution of functions while the balance of power seems to be to the advantage of the airlines in a liberalized market?