Les Limites de la démocratie pluraliste et le processus électoral au Bénin : analyse des élections presidentielles de 1991 à 2016.

par Coovi Pascal Fanou

Projet de thèse en Science politique

Sous la direction de Hugues Portelli.


  • Résumé

    Le Bénin, à la faveur d’une Conférence Nationale des Forces de la Nation en février 1990, fait l’option du multipartisme intégral et devient ainsi le premier pays parmi les Etats africains francophones à initier le passage pacifique d’un régime monocratique à un régime démocratique pluraliste avec des élections libres. Avec la Constitution du 11 décembre 1990, l’élection présidentielle est devenue la plus haute compétition électorale, l’élection phare de la vie politique nationale. Élection au suffrage universel, elle touche l’ensemble des citoyens disposant du droit de vote. Dans cet enjeu électoral, les partis politiques jouent un rôle de premier plan car ils sont les vecteurs majeurs de l’animation de la démocratie électorale. Selon la charte des partis politiques, la mission première des partis politiques est la conquête et l’exercice du pouvoir. Mais l’expérience électorale a montré que les partis politiques au Bénin, dans leur majorité, ont failli à cette mission. En réalité, après vingt-cinq ans du multipartisme intégral dans le pays, aucun leader politique n'a réussi à accéder à la magistrature suprême, grâce à son parti. Peut-on être élu président de la République sans appartenir à aucun parti politique ? Notre étude a pour objectif de montrer à partir des élections présidentielles de 1991 à 2016, les faiblesses structurelles du système partisan au Bénin, ses facteurs et ses implications sur les institutions républicaines. Elle propose des pistes de réflexion pour améliorer le fonctionnement actuel des formations politiques et plus précisément de corriger les dysfonctionnements observés.

  • Titre traduit

    Limits of pluralist Democracy and the electoral process in Benin : an analysis of the presidential elections from 1991 to 2016


  • Résumé

    Thanks to a National Conference of all Forces of the Nation in February 1990, Benin opted for an integral multiparty system and thus became the first French-speaking African country to initiate a peaceful transition from a single-party regime to a pluralist democratic regime with the organization of free elections. With the Constitution of 11 December 1990, the presiden-tial election became the highest electoral competition, the most important election of the polit-ical life of the nation. As an election based on universal suffrage, it affects all citizens who have the right to vote. In this electoral issue, political parties play a leading role because they are the major vectors of electoral democracy. According to the charter of political parties, the primary mission of political parties is to conquer and exercise the political power. But electoral experience has shown that the majority political parties in Benin have failed in this mission. In fact, after twenty-five years of full multiparty system in the country, no political leader has succeeded in being elected as the president of the republic relying on his or her party. Is it possible to be elected President of the Republic without belonging to any political party? Bas-ing on the presidential elections from 1991 to 2016, the study intended to show the structural weaknesses of the party system in Benin, its factors and its implications on the institutions of the republic. It also proposes ways to improve the current functioning of political parties and more specifically to correct the dysfunctions we observe.