Adoption en vue de la succession (yoshi) dans les familles guerrières à l'époque d'Edo (XVIIe - XIXe siècles)

par Yuta Segawa

Thèse de doctorat en Asie orientale et sciences humaines (ed 131) - campus gm

Sous la direction de Annick Horiuchi.

Thèses en préparation à l'Université Paris Cité , dans le cadre de ED 131 Langue, littérature, image, civilisations et sciences humaines .


  • Résumé

    Les guerriers de l'époque d'Edo (1600-1868) recouraient à l'adoption en cas d'absence d'héritier. Du fait de la paupérisation croissante de la classe guerrière, l'adoption motivée par la dot s'est beaucoup répandue. Certains allaient jusqu'à vendre leur statut de guerrier en adoptant des fils issus de riches familles paysannes ou bourgeoises. La thèse se propose d'aborder la pratique de l'adoption sous différents angles. Elle montre que les modalités pouvaient varier selon la taille et le profil du fief, le rang du guerrier, la fonction qu'il occupe dans la hiérarchie, mais aussi selon sa situation financière. La première partie de la thèse étudie les écarts de revenus entre la famille adoptive et la famille de l'adopté selon une approche quantitative, à partir d'un ensemble de données disponibles pour les fiefs de Kiyosue, de Kuwana et d'Oshi. La seconde partie s'intéresse aux réglementations se rapportant à l'adoption, émises par le shogunat et le fief d'Oshi. On peut y observer les concessions que le shogunat a dû concéder au fil des années, afin que les règlements ne soient pas trop éloignés des moeurs des guerriers. La troisième partie aborde l'adoption sous l'angle des mentalités. Il s'agit d'examiner les interrogations et le trouble générés au sein des milieux guerriers par le décalage entre la pratique et les directives en matière d'adoption émanant des autorités. Les deux dernières parties abordent des exemples concrets de réflexions et de stratégies élaborées par des familles en situation de chercher un héritier pour leur lignée. On examinera le cas de Takizawa Bakin, célèbre écrivain de statut marchand, désireux de retrouver son statut de guerrier possédé autrefois par sa famille, qui expose dans son autobiographie Aga hotoke no ki ses pensées, ses conflits intérieurs et les circonstances de l'achat par adoption du statut guerrier pour son petit-fils. Enfin, les archives historiques de la famille Segawa, qui sont analysées ici pour la première fois, permettent de lever le voile sur des aspects très concrets des processus d'adoption. La correspondance des membres de cette famille permet de retracer les démarches effectuées pour trouver un fils adoptif de statut similaire, le souhait de maintenir le lien du sang par le mariage avec la fille de la famille d'adoption, la nature des relations de parenté qui s'instaurent entre la famille de l'adopté et la famille adoptive, et les difficultés d'intégration du fils adoptif dans sa nouvelle famille.

  • Titre traduit

    Adoption for succession (yoshi) in warrior families in the Edo period (17th-19th centuries)


  • Résumé

    The warriors of the Edo period (1600-1868) relied on adoption in the event of the absence of an heir. As the warrior class became increasingly impoverished, dowry-driven adoption became widespread. Some went so far as to sell their warrior status by adopting sons from wealthy peasant or bourgeois families. The thesis proposes to approach the practice of adoption from different angles. It shows that the modalities could vary according to the size expand profile of the domain, the rank of the warrior, the position he occupied in the hierarchy, but also according to his financial situation. The first part of the thesis examines the differences in income between the adoptive family and the adoptee's family using a quantitative approach, based on a data set available for the domains of Kiyosue, Kuwana and Oshi. The second part focuses on the regulations relating to adoption issued by the shogunate and the Oshi domain. It shows the concessions that the shogunate had to make over the years to ensure that the regulations were not too far away from the customs of the warriors. The third part deals with adoption from the point of view of mentalities. It examines the questions and confusion generated in warrior circles by the discrepancy between practice and the adoption guidelines issued by the authorities. The last two parts deal with concrete examples of reflections and strategies developed by families in the situation of looking for an heir for their lineage. The case of Takizawa Bakin, a famous writer of merchant status, who wanted to regain his status as a warrior once possessed by his family, will be examined, as he outlines in his autobiography Aga hotoke no ki his thoughts, inner conflicts and the circumstances of purchasing warrior status for his grandson through adoption. Finally, the historical archives of the Segawa family, which are analysed here for the first time, help to lift the veil on very concrete aspects of the adoption processes. The correspondence of the members of this family makes it possible to trace the steps taken to find an adopted son of similar status, the desire to maintain the blood relationship through marriage with the daughter of the adoptive family, the nature of the kinship relations that were established between the family of the adopted and the adoptive family, and the difficulties of integrating the adopted son into his new family.