« Les dieux sont-ils devenus des maladies? » Inconscient, mythe et mise en figure.

par Filippo Dellanoce

Projet de thèse en Psychanalyse, concepts et clinique

Sous la direction de Houria Abdelouahed.

Thèses en préparation à l'Université de Paris (2019-....) , dans le cadre de 450 - RECHERCHE EN PSYCHANALYSE ET PSYCHOPATHOLOGIE , en partenariat avec CRPMS (Centre de Recherches Psychanalyse, Médecine et Société) (equipe de recherche) et de UNIVERSITE PARIS DIDEROT (Etablissement d'accueil) depuis le 01-12-2016 .


  • Résumé

    En commençant par la rupture Freud-Jung, et après avoir enquêté l’état conséquent de pluralisme de la psychanalyse contemporaine (Wallerstein), nous étudions les raisons de ce dissentiment originaire, et nous les repérons dans la différente conception du mythe et de sa place au sein de l’édifice psychanalytique que les deux auteurs proposèrent (Chemouni). Si, à ce niveau, le mythe a été ainsi le contenu du dissentiment, avec le concept de «roman familial » (Freud) et « équation personnelle de l’observateur » (Jung), nous lisons le mythe en tant que forme psychologique et personnelle du dissentiment. Nous étudions par la suite les différentes articulations qui se sont offertes, tout au long de l’œuvre freudienne, entre l’objet mythique, la psychanalyse et l’inconscient : en s’appuyant sur les thèses de Starobinski et Hillman, nous offrons une première relecture de la découverte freudienne en considérant la langue mythique des images – Bildersprache – ainsi que la méthode œdipienne comme les conditions de possibilité de visibilité de l’objet inconscient. Nous interrogeons ensuite l’objet mythe à partir des travaux de Ernesto de Martino, ethnologue et historien des religions, et nous nous concentrons sur le phénomène du tarentisme, dispositif mythico-rituel qui regroupe la possession par la tarentule mythique et l’exorcisme par la musique, la danse et les couleurs qui s’organise pour le soigner. Nous nous apercevons que le propre de l’action mythique et mythopoïétique est constitué par la possibilité de figurer et mettre en figure les contenus refoulés de l’inconscient. Nous revenons ainsi à la Darstellbarkeit freudienne et au travail du rêve et du symptôme hystérique et nous nommons cette fonction de mise en figure sous la désignation de hiéropsychique, à l’origine du sacrée et du psychique à la fois. Nous concluons avec des réflexions philosophiques (Borutti, Ricœur, Wittgenstein), et nous relisons, une deuxième fois, la découverte freudienne à partir de cette fonction. Le phénomène ethnologique du tarentisme se prête enfin à une interrogation psychopathologique : nous nous interrogeons sur les rapports entre hystérie, tarentisme et mise en figure ; sur les rapports entre schizophrénie et mise en figure ; sur les rapports entre culture, dispositifs mythico-rituels et mise en figure ; sur le concept de culture bound syndrome et sur les rapports entre mythe, inconscient et figure.


  • Résumé

    This study begins with the Freud-Jung rupture, and continues with an investigation of the ensuing pluralism in contemporary psychoanalysis (Wallerstein). It then examines the reasons for this original dissent and traces them back to the different conceptions of myth and its role at the heart of the psychoanalytic edifice proposed by Freud and Jung (Chemouni). Whereas here, myth is thus the content of dissent, with concepts such as the "family romance" (Freud) and the "personal equation of the observer" (Jung), we interpret myth as a psychological and personal form of dissent. We then examine the different interpretations of mythological objects, psychoanalysis and the unconscious made throughout Freud's work: based on Starobinski and Hillman's theories, our first review of Freud's discoveries takes into account mythological figurative language – Bildersprache – as well as the Oedipus approach as factors that allow unconscious objects to become visible. Next, we look at mythological objects through the work of Ernesto De Martino, an ethnologist and historian of religions, and focus on the phenomenon of tarantism, a mythological and ritual device that links possession by a mythological tarantula and exorcism through music, dance and colours, used to cure it. Thus, we observed that the nature of mythological and mythopoetic behaviour lies in the ability to figure repressed aspects of the unconscious. Hence, we refer back to Freud's Darstellbarkeit and to his work on dreams and hysterical symptoms and we refer to this figurative aspect as hieropsychic, which is at the root of all that is both sacred and psychological at the same time. In conclusion, we consider some philosophical reflections (Borutti, Ricœur, Wittgenstein), and we look at Freud's discovery of unconsciousness again, from this perspective. Finally, the ethnological phenomenon of tarantism lends itself to a psychopathological examination: we look at the relationship between hysteria, tarantism and figurative aspects; the connection between schizophrenia and figurative aspects; the connection between culture, mythological and ritual devices and figurative aspects; the concept of culture-bound syndrome and the connection between myth, the unconscious and figure/figurability.