Entre développement, performance et responsabilité sociétale des industries agroalimentaires guyanaises sur la région du plateau des Guyanes

par Delphine Pinault

Projet de thèse en Sciences économiques

Sous la direction de Paul Roselé Chim et de Joël Raboteur.


  • Résumé

    La définition de l’alimentation durable telle qu’elle est donnée par le FAO, montre la nécessité d’aborder de manière systémique la question à l’échelle d’une région. Les spécificités qui caractérisent le plateau des Guyanes démontrent ainsi l’importance de prendre en compte les enjeux économiques, sociaux, culturels, environnementaux, dans le rapport à l’alimentation compte tenu des écarts de développement et des spécificités communes entre les territoires. Les entreprises artisanales et industrielles agroalimentaires, constituent de véritables piliers du système alimentaire compte tenu de leur positionnement médian entre les producteurs agricoles et la distribution finale. Sur le plateau des Guyanes, elles sont représentées pour la plupart par des micro-entreprises lesquelles tendent à se développer sous l’influence de l’urbanisation des comportements alimentaires localisés et de la demande croissante de produits transformés, malgré les difficultés structurelles et organisationnelles qu’elles rencontrent. La Guyane Française a historiquement un rapport commercial dépendant de l’Europe qui n’a pas favorisé la production locale ni même les échanges régionaux. Dans un contexte de volonté institutionnelle forte d’intégration régionale au sein d’un collectif de territoires dits « en développement » et d’un secteur agroalimentaire timidement développé, la présente thèse vise à étudier les facteurs de durabilité des nouveaux échanges commerciaux de produits alimentaires. Sur le plan macroéconomique d’abord, en cherchant à analyser comment ce nouveau dynamisme peut impulser un nouveau souffle au secteur agroalimentaire guyanais et plus largement à la région compte tenu du poids de son PIB en comparaison avec ses voisins. Sur le plan microéconomique ensuite, l’étude portera sur l’analyse des facteurs de durabilité de cette intégration pour les entreprises, tantôt guyanaises tantôt des pays voisins, à travers l’analyse de stratégies organisationnelles collectives capables d’intégrer le marché régional et favoriser ainsi « une démarche proactive de changement à un coût raisonnable plutôt que de subir une réorganisation inéluctable » (Bouvier-Patron P., 2016), dans le cadre d’un commerce alimentaire durable et équitable.

  • Titre traduit

    Between development, performance and corporate social responsibility of the Guyanese food-processing industries in the region of the Guianas plateau


  • Résumé

    The definition of the sustainable food such as it is given by the FAO, shows the necessity of approaching in a systematic way the question on the scale of a region. The specificities which characterize the Guianas plateau demonstrate the importance to take into account the economic, social, cultural, environmental stakes, with food relationship considering the differences of development and specificities between territories. Craft companies and food-processing manufacturers, establish real pillars of the food system considering their median positioning between the agricultural producers and the final distribution. On the Guianas plateau, they are represented for the most part by micro-companies which tend to develop under the influence of the urbanization of the located eating habits and the increasing request of transformed products, in spite of the structural and organizational difficulties which they meet. The French Guiana has historically a commercial relationship dependent on Europe which did not favor the local production nor even the regional exchanges. In a context of strong institutional will of regional integration within a collective of said territories "in development" and of a food-processing industry shyly developed, the present thesis aims on the macroeconomic plan at first, the factors of durability of the new trade of foodstuffs. In the first place, by trying to analyze how this new dynamism can impulse a new breath in the Guyanese agri-food sector and more widely in the region considering the weight of its GDP in comparison with his neighbors. On the microeconomic plan then, the study will concern the factors of durability of this integration for companies, sometimes Guyanese sometimes nearby countries, through the analysis of collective organizational strategies capable of integrating the regional market and of favoring so " a proactive approach of change in a reasonable cost rather than to undergo an inevitable reorganization " (Bouvier-Patron P., 2016), within the framework of a sustainable and fair food trade.