« Mégara Hyblaea au IVe siècle av. J.-C. : étude d’un corpus fragmentaire de céramique à figures rouges sicéliotes provenant du secteur ‘résidentiel’ de la cité ».

par Macarena Enríquez de Salamanca Alcón (Enríquez de Salamanca)

Projet de thèse en Doctorat Histoire de l'Art

Sous la direction de Natacha Lubtchanshy.

Thèses en préparation à Tours , dans le cadre de Ecole doctorale Sciences de l'Homme et de la Société (Tours) depuis le 03-10-2016 .


  • Résumé

    Cette thèse porte sur l’étude et l’analyse d’un corpus inédit de fragments de céramique à figures rouges sicéliotes, décorés de scènes liées à la sphère d’Aphrodite et à l’univers dionysiaque. Ces fragments sont datés de la seconde moitié du IVe siècle et proviennent, probablement, du secteur résidentiel de Mégara Hyblaea, une ancienne colonie grecque située en Sicile Orientale. L’intérêt de ce matériel du IVe siècle réside dans le fait qu’il peut contribuer au programme d’étude de l’École Française de Rome consacré aux périodes qui ont été délaissées dans une grande partie des travaux concernant cette cité. En effet, ces recherches se sont centrées sur la phase archaïque et les questions d’urbanisme au détriment des phases classique, hellénistique et romaine. De même, cette thèse peut s’inscrire dans le cadres des études et révisions actuelles qui concernent les questions de la production de céramique à figures rouges sicéliotes : révision des hypothèses de datation et attribution proposées par A.D. Trendall ; les origines et la fin de la production. L’objectif de ce projet est, dans un premier temps, de mesurer l’apport du corpus à l’histoire économique et culturelle de Mégara Hyblaea au cours de la deuxième moitié du IVe siècle. Dans un second temps, il s’agit de participer à l’actualisation des recherches sur la céramique sicéliote : plusieurs dossiers permettent de mieux définir, à partir du cas de Mégara Hyblaea, un pan méconnu de la production figurée de la Sicile et de la Grande-Grèce. Pour mener à bien ce projet, le corpus est soumis à une analyse complète – forme du vase, iconographie, style, argile, contexte de découverte et région de provenance – ainsi qu’à une étude comparative avec les autres corpus des régions sicéliotes et italiotes (Campanie et Paestum). Ceci permet de développer au moins trois volets. Le premier concerne les peintres et groupes de peintres attestés à Mégara Hyblaea et s’appuie sur la révision des groupes sicéliotes comme celui de Lentini-Manfria. Le deuxième volet s’intéresse au contexte de découverte du corpus et ouvre la question de la céramique dans les contextes non-funéraires. Le dernier volet traitre du rôle et des implications que ce corpus aurait pu avoir dans la cité : questions sur la production de céramique, l’héritage de la culture théâtrale archaïque et son impact dans la culture du IVe siècle.


  • Pas de résumé disponible.