OPTIONS DE SURVIE, PROCESSUS DE CHANGEMENT ET TRANSFORMATION STRUCTURELLE. Diversification des moyens de subsistance chez les ménages agricoles des régions rurales de l'Afrique sub-saharienne.

par Sarah Alobo (Loison)

Projet de thèse en Sciences Économiques

Sous la direction de Michel Benoit cattin et de Magnus Jirstrom.

Thèses en préparation à Montpellier, SupAgro en cotutelle avec l'Université de LUND , dans le cadre de Ecole Doctorale Economie-Gestion de Montpellier (EDEG) , en partenariat avec MOISA - Marchés, Organisations, Institutions et Stratégies d'Acteurs - (laboratoire) depuis le 15-12-2011 .


  • Résumé

    La diversification des moyens de subsistance (« livelihoods ») des ménages en termes de revenus, des actifs et des activités est connue comme étant la norme en Afrique sub-saharienne Afrique rurale (SSA), et une option importante pouvant contribuer à atteindre les objectifs de développement de réduction de la pauvreté, d'amélioration de la sécurité alimen-taire et de la croissance économique. L'objectif général de cette thèse est de comprendre le rôle de la diversification à l'échelle des ménages, ses caractéristiques, ses déterminants et ses effets sur les petits exploitants agricoles d'Afrique subsaharienne. La thèse utilise une mé-thodologie mixte en combinant différents types de données sur les petits exploitants ruraux d'Afrique subsaharienne pour répondre aux objectifs fixés – une revue bibliographique, des données empiriques tirées d'enquêtes de terrain quantitatives et qualitatives. Les résultats sont présentés en trois articles : Le premier article présente un état de l'art sur la nature et l'évolution de la diversification des moyens de subsistance en milieu rural (« rural livelihoods ») en Afrique subsaharienne, et la situation à l'échelle des petits exploitants. Il révèle des résultats mitigés sur les causes et les conséquences de la diversification des moyens de subsistance des petits exploitants ruraux qui adoptent cette stratégie. De nombreuses études suggèrent que ce sont les petits exploi-tants les plus aisés ayant suffisamment d'actifs qui réalisent une diversification performante de leurs moyens de subsistance, principalement en exploitant les opportunités et les synergies entre les activités agricoles et non agricoles. Cela met en évidence qu'à cause de contraintes sur les actifs, l'augmentation des revenus et de la richesse grâce à la diversification des moyens de subsistance n'a pas encore bénéficié à la grande majorité des petits exploitants d'Afrique subsaharienne. En outre, les transformations structurelle et agricole en Afrique subsaharienne semblent progresser très lentement, principalement en raison des nombreux défis dans le secteur agricole des petits exploitants qui conduisent à une faible productivité agricole persistante. Enfin, la revue bibliographique a montré que la compréhension des im-pacts à moyen et à long terme de la diversification des moyens de subsistance des petits ex-ploitants et de leurs environnements, et du rôle de celle-ci dans le processus plus large de transformations structurelle et agricole en Afrique subsaharienne a été sévèrement limitée par le manque de données longitudinales compte-tenu de la grande hétérogénéité de l'économie rurale. Le deuxième article examine les caractéristiques et les déterminants de la diversification des sources de revenus en utilisant des données transversales sur les ménages agricoles ruraux de six régions du Sénégal et du Kenya. Les données quantitatives ont été recueillies en 2007-2008 par le projet RuralStruc (CIRAD / Banque mondiale). Les régions étaient classées apriori en fonction de différences de conditions agro-écologiques, d'accès aux marchés, de la présence de chaînes de valeur intégrées, du niveau des investissements publics et des biens publics, et du niveau de ressources naturelles. L'analyse des données quantitatives a été com-plétée par des informations de terrain qualitatives. Les résultats montrent que les caractéris-tiques et les déterminants de la diversification sont spécifiques et diffèrent sensiblement entre les différentes régions, avec des facteurs « attractifs » et « répulsifs » agissant parfois en même temps. Bien que la région joue sur la diversification des revenus, le classement de celle-ci semble jouer d'avantage, car il influence le type de diversification auquel les mé-nages se livrent. En général, les ménages les plus riches dans toutes les régions, et les mé-nages dans les régions dynamiques diversifient plus et ont plus de revenus, et ont plus accès aux revenus non agricoles. Les déterminants de la diversification des revenus des ménages dans les zones rurales du Sénégal sont principalement liés à des possibilités de migration et à l'accès au crédit. Au Kenya, les caractéristiques de la diversification sont corrélées au travail domestique excédentaire et à aux différences d'accès à certains actifs productifs. Dans le troisième article, j'utilise des données de panel pour explorer les dimensions géogra-phiques et sexospécifiques de la diversification des moyens de subsistance et de ses détermi-nants dans deux régions agricoles du Kenya rural (Kakamega et Nyeri). Les données de panel proviennent d'enquêtes sur les ménages ruraux conduites par le projet Afrint (Université de Lund) au Kenya en 2008 et 2013. J'ajoute également aux données de panel, les données qua-litatives de mon propre travail de terrain. Les données Afrint ont été recueillies dans deux régions ayant un accès au marché et un potentiel agroécologique différents. Les résultats montrent que la période d'étude a été caractérisée par des changements structurels significa-tifs dans la composition du revenu des ménages ruraux qui sont compatibles avec la voie classique de la transformation structurelle au niveau des ménages - la part du revenu agricole dans les revenus monétaires des ménages a considérablement diminué, tandis que la part du revenu non agricole a considérablement augmenté. C'est notamment le cas dans la région où l'agroécologie et l'accès aux marchés sont relativement médiocres (Kakamega). L'enquête empirique sur la dynamique et les motivations pour la diversification des moyens de subsis-tance montre, que les effets fixes des ménages soient inclus ou non dans les modèles écono-métriques de données de panel, qu'il existe une relation positive et significative entre les changements dans la richesse des ménages et la diversification des moyens de subsistance, ceteris paribus. Outre la richesse patrimoniale, d'autres déterminants importants des change-ments positifs dans la diversification des moyens de subsistance au cours de la période étu-diée sont: le niveau initial de diversification, les changements démographiques tels que l'âge, le sexe (étant un ménage dirigé par une femme) et le niveau d'éducation du chef du ménage à Kakamega, et l'utilisation accrue de la main-d'œuvre embauchée. D'autre part, l'accès accru aux actifs agricoles tels que le crédit d'intrants agricoles et l'obtention de droits fonciers plus sûrs par le biais de titres officiels ont favorisé la spécialisation dans l'agriculture plutôt que la diversification en dehors de l'agriculture. Enfin, le fait d'être en situation de sécurité alimen-taire était important pour accroître la diversification des moyens de subsistance, en particulier à Kakamega.

  • Titre traduit

    SURVIVAL OPTIONS, PROCESSES OF CHANGE AND STRUCTURAL TRANSFORMATION. Livelihood diversification among smallholder households in rural Sub-Saharan Africa.


  • Résumé

    Diversification of livelihoods in terms of incomes, assets and activities at household level is the norm in most parts of rural Sub-Saharan Africa (SSA). It is widely recognised that this can contribute to achieving the development goals of reducing poverty, improving food security, and economic growth. The overall objective of this thesis is to understand the role of diversification at household level, its patterns, determinants and effects on rural smallholder farmers in SSA, as well as its implications for the process of structural transformation in SSA. In the thesis, I use a mixed methodology and combine different types of data on rural smallholders in SSA to answer the objectives – a review of previous literature, empirical data from quantitative surveys and qualitative fieldwork. The findings are presented in three articles: In the first article, I undertake a comprehensive review of the literature on the nature and evolution of rural livelihood diversification in SSA among smallholder farmers. It reveals mixed findings about the causes and consequences of livelihood diversification on the rural smallholders adopting this strategy. It shows that because of asset constraints increase in incomes and wealth based on livelihood diversification has not yet benefitted the large majority of smallholders in SSA. On the other hand, there are a lot of evidence from the literature suggesting that it is relatively better-off smallholders with sufficient assets, who achieve successful livelihood diversification, mainly by exploiting opportunities and synergies between farm and nonfarm activities. Moreover, the progress of Structural Transformation (ST) and Agricultural Transformation (AT) in SSA seems to be moving slowly, mainly due to many challenges in the smallholder agricultural sector that have led to persistent low agricultural productivity. In addition, the review shows that understanding the medium- to long-term impacts of livelihood diversification on smallholders and their environments, and the role in the broader process of ST and AT in SSA, has been severely restricted by lack of longitudinal data and the wide heterogeneity in the rural economy. In the second article, I investigate the spatial and geographical patterns and determinants of income diversification using cross-sectional data on rural farm households from six regions in Senegal and Kenya. The quantitative data was collected in 2007-2008 by the RuralStruc (CIRAD/World Bank) project. The regions were a priori classified according to differences in agro-ecology, market access, the presence of integrated value chains, the level of public investments and public goods, and the availability of natural resources. In addition, I supplement the analysis of the quantitative data with information from qualitative fieldwork. The findings show that the specific patterns and determinants of diversification differ significantly between regions, with push and pull factors sometimes acting concurrently. Although geographical location matters for income diversification, the context of the region seems to matter even more, as it influences the type of diversification households may engage in. In general, households in dynamic regions have significantly more diversified and higher incomes, and more access to nonfarm incomes. The major determinants of household income diversification differ significantly between dynamic and less dynamic regions in the two countries. In the third article, I use panel data to explore the geographical and gender dimensions of livelihood diversification and its determinants in two agricultural regions of rural Kenya (Kakamega and Nyeri). The panel data comes from rural household surveys conducted by the Afrint project (Lund University) in Kenya in 2008 and 2013. I complement the panel data with data from my own qualitative fieldwork. The Afrint data was collected from two regions with different market access and agro-ecological potential. The findings show that the study period was characterised by significant structural changes in the income composition of rural households that are consistent with the classical pathway of structural transformation at the household level – the farm income share of household cash incomes dropped considerably, whereas the nonfarm income share increased substantially. This was especially the case in the region with relatively poor agro-ecology and market access (Kakamega). The empirical investigation into the dynamics and motivations for livelihood diversification shows that whether or not household fixed effects are included in the econometric panel data models, there is a positive and significant relationship between changes in household asset wealth and changes in livelihood diversification, ceteris paribus. In addition to asset wealth, other important determinants of positive changes in livelihood diversification over the study period include: the initial level of diversification, changes in demographic factors such as age, gender (being a female headed household) and level of education of the household head (in Kakamega), and increased use of hired labour. On the other hand, increased access to farm-related assets such as agricultural input credit, and having more secure land rights through formal titling, promoted specialisation in farming rather than diversification out of farming. Finally, food security was important for increasing livelihood diversification, especially in Kakamega.