La bonne, la nounou et l’homme à tout faire : figures de la domesticité dans la littérature française des XX et XXIe siècle

par Joelle Guidez (Camilleri)

Projet de thèse en Langues et litteratures francaises

Sous la direction de Martine Boyer-weinmann.

Thèses en préparation à Lyon , dans le cadre de Lettres, Langues, Linguistique, Arts , en partenariat avec Passages XX-XXI (equipe de recherche) depuis le 16-12-2016 .


  • Résumé

    Dresser un portrait du ou de la domestique et de sa représentation dans la littérature ; un portrait mais aussi un regard sur la société, questionnement de type littéraire mais qui ne se départira pas d’un regard historique, anthropologique et sociologique, psychologique, voire psychanalytique. Le corpus choisi englobe des œuvres littéraires, romans, pièces de théâtre, des témoignages, des œuvres cinématographiques, adaptations d’œuvres littéraires ou œuvres originales, corpus allant de la deuxième moitié du XXe siècle à aujourd’hui. De domestique à servant(e), de bonne à employé(e) de maison, de gouvernante à nounou, ce sera l’occasion de se pencher sur les trajectoires de ces jeunes femmes attachées au service d’une famille, épousant leur cause, mais aussi parfois en révolte et poussant la haine de leurs maîtres(ses) jusqu’à l’assassinat. Les hommes, à la peine dans les campagnes, ou en gants blancs mais tout aussi serviles, se taisent jusqu’à disparaître quand ils n’assument plus leur condition. Ce qu’interrogera également ce travail, c’est le goût des écrivains d’aujourd’hui pour des personnages comme la bonne, la nounou ou l’homme à tout faire. De l’imaginaire au réel, de la subjectivité de l’acte créateur à l’objectivité des situations, cela me permettra de situer le corpus proposé dans ce qui est convenu d’appeler aujourd’hui la littérature du réel.


  • Pas de résumé disponible.