Recherches sur l'influence de la production d'hydrocarbures sur les élasticités revenus des importations et des exportations des pays d'Amérique Latine

par Luis Esteves

Projet de thèse en Sciences économiques

Sous la direction de Catherine Locatelli.

Thèses en préparation à Grenoble Alpes en cotutelle avec l'UFRJ , dans le cadre de École doctorale sciences économiques (Grenoble) , en partenariat avec Grenoble Applied Economics Lab (laboratoire) depuis le 22-11-2016 .


  • Résumé

    En 1979, Thirlwall a publié son ouvrage “The balance of payments constraint as an explanation of international growth rate differences”, montrant que les pays se développent à des rythmes différents, en raison de différentes élasticités de revenu des importations et des élasticités-revenu des exportations. Cherchant à développer son modèle, l'auteur a analysé les raisons pour lesquelles le Royaume-Uni a eu une croissance inférieure au taux global moyen. Cette étude a abouti à l'élaboration d'un modèle de croissance qui a commencé avec l'hypothèse que la croissance des exportations peut promouvoir la croissance économique, mais les pays ayant des taux de croissance des exportations similaires, pas nécessairement obtennent des taux similaires de la croissance économique. Dans ce cas, l'observation de l'élasticité-revenu de la demande devrait compléter l'analyse de la balance des paiements. Ainsi, à la fois la liste des exportations et la liste des importations nécessitent d´un analyse pour déterminer le taux de croissance qui ne produit aucun déséquilibre sur les comptes extérieurs et donc une entrave à la croissance économique. Enfin, Esteves et Correia (2012), en utilisant la méthodologie Engle-Granger, ont observé pour certains pays d'Amérique Latine, que les élasticités-revenu des importations ont changé entre 1980-2005. Les auteurs ont observé que les élasticités ont subi une influence dans les périodes de «capital fuir» ainsi, l'élasticité modifiée a permis d´adoucir les restrictions qui seraient imposées aux pays par Thirlwall's loi. Si les deux flux de capitaux et termes de l'échange peuvent changer l'élasticité-revenu des importations et le taux de croissance des exportations, il est prévu que la production de ressources naturelles et l'exportation ultérieure de ces produits peuvent également influer sur les variables. Cet effet peut se produire à la fois directement et indirectement, par exemple, à travers d´une valorisation du taux de change. Dans la littérature internationale, les études relatives à ce qui est devenu connu sous le nom «malédiction des ressources naturelles» n'ont pas encore atteint un consensus sur l'influence des ressources naturelles sur la croissance. Sachs & Warner (1995) ont realisé l'une des premières études sur les effets économiques relationés à la production de ressources naturelles, en particulier aux pays en développement. Les auteurs ont analysé l'impact des ressources naturelles sur la croissance de la nations, en observant que les pays relativement pauvres en ressources naturelles ont obtenu des taux de croissance économique plus élevés que les pays dotés d'abondantes ressources disponibles. Ainsi, ils concluent que la disponibilité et la production des ressources naturelles ne sont pas des conditions suffisantes pour ces pays d'obtenir une croissance du revenu per capita plus élevé que d'autres pays qui ne disposent pas de la disponibilité des ressources naturelles sur son territoire. Il est intéressant de noter que, parmi ses justifications de ces effets, les auteurs ont fait remarquer que le pétrole pourrait avoir un effet négatif sur la qualité et la stabilité du système politique de ces nations. Avec cette discussion à l'esprit, il serait intéressant, et le candidat se propose d'étudier les moyens par lesquels les changements à court terme de l'économie peuvent avoir une incidence sur l'élasticité-revenu des importations ou même sur le taux de croissance des exportations. La vise à déterminer si ces effets peuvent être perpétuées pour le long terme, de transitoire à permanente, par l'application soit des politiques de développement inductifs soit des politiques qui limitent ou découragent l'utilisation des facteurs de production pour la production de produits primaires, en particulier, des hydrocarbures.

  • Titre traduit

    Research about the influence of hydrocarbon production on elasticities income of imports and exports from Latin American countries


  • Résumé

    During 1979, Thirlwall published his work “The balance of payments constraint as an explanation of international growth rate differences”, showing that countries grow at different rates, due to different income elasticities of imports and income elasticities of exports. Seeking to develop its model, the author analyzed the reasons why the UK – United Kingdom - has grown less than the average global rate. This study resulted in the development of a growth model that began with the assumption that export growth may promote economic growth, but countries with similar exports growth rates, not necessarily obtained similar rates of economic growth. In this case, the observation of income elasticity of demand should complement the analysis of the balance of payments. Thus, both the exports list as the imports list require an analysis to determine the growth rate that produces no imbalance on external accounts and thus a bottleneck to the economic growth. Finally, Esteves and Correia (2012), using the Engle-Granger methodology, observed for some selected Latin American countries, that the income elasticities of imports ranged on the horizon 1980-2005. In addition, the authors observed that elasticities suffered an influence in periods of 'capital flee' so, the elasticity modifies to allow soften the restrictions that would be imposed on countries by Thirlwall´s law. If both capital flows and terms of trade can change the income elasticity of imports and the growth rate of exports, it is expected that the production of natural resources and subsequent export of these goods may also influence the variables. This effect can occur both directly and indirectly, e.g., through an exchange valuation. In the international literature, studies relating to what became known as the "resource curse" has not yet reached a consensus on the influence of natural resources on growth. Assigns to the Sachs & Warner (1995) one of the pioneering studies on the effects that the production of natural resources can implies effects on economies, particularly developing economies. The authors analyzed the impact of natural resources on the nations growth, observing that relatively poor countries in natural resources obtained higher economic growth rates than countries with abundant resources available. Thus, they conclude that the availability and production of natural resources are not conditions sufficient for these nations to obtain growth on per capita income higher than others nations that do not have the availability of natural resources in their territory. It is interesting to note that, among its justifications for such effects, the authors pointed out that the oil could have a negative effect on the quality and stability of the political system of these nations. With that discussion in mind, it would be interesting, and the candidate proposes to investigate the means by which short-term changes in the economy may affect the income elasticity of imports or even the growth rate of exports. The research will seek to investigate whether such effects can be perpetuated for the long term, from transient to permanent, either through the application of inductive development policies or policies that limit or discourage the use of productive factors for the production of primary goods, particularly, hydrocarbons.