La patrimonialisation du Ngouon chez les bamouns de l'Ouest du Cameroun : approche des stratégies identitaires et des enjeux multidimensionnels

par Armand kpoumie Nchare

Projet de thèse en Geographie

Sous la direction de Dominique Royoux et de Pierre Kamdem.

Thèses en préparation à Poitiers , dans le cadre de École doctorale Sociétés et organisations (Limoges) depuis le 01-10-2015 .


  • Résumé

    Cette recherche en géographie sociale s’enrichit des apports d’autres disciplines que sont : l’anthropologie, la sociologie, l’économie, l’histoire et l’histoire de l’art. Il porte sur le royaume Bamoun de l’ouest du Cameroun, et plus particulièrement sur le rituel Nguon et les processus de sa patrimonialisation à l’œuvre. Ce festival est en effet une arène d’analyse particulièrement intéressante, largement recomposée par les inscriptions multiples, parfois concurrentes, dans les champs patrimoniaux et touristiques. A ma connaissance, si cette cérémonie a pu être étudiée par le passé, elle n’a jamais été abordée sous cet angle. Or justement, c’est moins sa permanence ou sa réinstauration qui importent, que ses modifications et corrélativement celle du pouvoir « traditionnel » que cette cérémonie expose, dans le contexte d’Etat pluriethnique du Cameroun. En effet, la ville de Foumban, chef-lieu du département du Noun et capitale du royaume traditionnel bamoun, doit une part de sa notoriété à ce rituel ancestral dont la candidature est envisagée en vue d’une inscription au patrimoine immatériel de l'humanité. Réinstauré en 1993 après près de 80 ans d'interdiction par l'administration coloniale, cette célébration connaît au fil des années un succès populaire et international croissant et apparaît en effet comme une manifestation culturelle sans égale au Cameroun. Au-delà de la dimension festive et de l’engouement suscité par le Nguon, sa réémergence et sa patrimonialisation au cœur d’un royaume africain survivant à sa propre histoire se situe à la charnière d’un ensemble de questions qui seront abordées aux échelles ethniques, nationales et globales. Ces questions sont relatives à plusieurs types de considérations: - Aux stratégies et mécanismes de production et d'évocation d'une mémoire collective dans le rapport de l'identité politique et de l'identité culturelle dans un contexte d'état pluriethnique, - A la tentative de formulation d'un récit historique qui a valeur de légitimation, - A la recréation et l'instrumentalisation du rite, - Au tourisme culturel ou durable préconisé par le patrimoine mondial et les flux d'échanges culturels transnationaux, - Au managérat et ingéniorat culturels dans les manifestations d’envergure.


  • Pas de résumé disponible.