Implication des cellules microgliales dans la maturation fonctionnelle des synapses corticales durant le développement postnatal

par Coralie anne Mosser

Projet de thèse en Sciences de la vie et de la sante

Sous la direction de Etienne Audinat.

Thèses en préparation à Sorbonne Paris Cité , dans le cadre de 562 Bio Sorbonne Paris Cité , en partenariat avec Laboratoire de Neurophysiologie et Nouvelles Microscopies (equipe de recherche) depuis le 22-09-2014 .


  • Résumé

    Les cellules microgliales sont les macrophages résidents du système nerveux central (SNC). Elles sont surtout connues pour leurs rôles en conditions pathologiques mais de récents travaux ont montré qu’elles participent aussi au développement normal du SNC, notamment en régulant l’apoptose et la survie neuronale et en éliminant les synapses surnuméraires inappropriées. Cependant, les mécanismes par lesquels la microglie cible les synapses et régule la maturation fonctionnelle des circuits corticaux pendant le développement restent peu connus. Notre groupe a montré que le recrutement de la microglie dans la couche 4 du cortex somatosensoriel en fin de première semaine postnatale implique la voie de signalisation fractalkine, une chimiokine neuronale dont le récepteur CX3CR1 n'est exprimé que par la microglie. En outre, ce recrutement microglial influence la maturation fonctionnelle des synapses excitatrices thalamo-corticales des cellules épineuses étoilées (SS pour « spiny stellate ») dans cette couche. Afin de mieux comprendre le rôle de la microglie sur le développement de l’inhibition corticale, mon travail de thèse vise donc à étudier, d’une part, les conséquences de perturbations de la microglie au cours du développement embryonnaire et postnatal sur la mise en place des réseaux inhibiteurs et, d’autre part, les voies de signalisation microgliales influençant la maturation fonctionnelle des synapses inhibitrices. J’utilise pour cela le modèle du cortex en champs de tonneaux au niveau de la couche 4 du cortex somatosensoriel de la souris dont le développement est très bien connu. . Sur le long terme, mes expériences devraient nous permettre de tester si la microglie est le chaînon manquant entre des stimulations immunitaires, telles qu’elles peuvent se produire durant une inflammation pendant la grossesse, et l’augmentation du risque de développer des pathologies comme l’autisme ou la schizophrénie.

  • Titre traduit

    Microglial cells involvement in the functional maturation of cortical synapses during postnatal development


  • Résumé

    Microglial cells, the only immune cells permanently residing in the central nervous system (CNS), have been classically studied in pathological contexts. However, recent evidence revealed that these cells also actively participate to the normal CNS development by regulating developmental apoptosis, neuronal survival, and by pruning inappropriate synapses. We previously showed that the neuron-to-microglia signaling pathway CX3CL1/R1 was responsible for the timely recruitment of microglia at thalamocortical synapses of the barrel cortex at the end of the first postnatal week, and that deficiency in CX3CL1/R1 signaling impairs the functional maturation of thalamocortical synapses at this developmental stage. My PhD project aims at investigating the mechanisms by which microglia influence the maturation of thalamocortical excitatory synapses and to test whether these immune cells also regulate the maturation of cortical inhibitory synapses engaged by thalamic fiber stimulation (i.e. feedforward inhibition).